Lyon: mise en examen d'un animateur en périscolaire pour corruption de mineurs et agressions sexuelles

Lyon: mise en examen d'un animateur en périscolaire pour corruption de mineurs et agressions sexuelles

Publié le :

Mercredi 15 Février 2017 - 12:45

Mise à jour :

Mercredi 15 Février 2017 - 12:51
©Thomas Samson/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un animateur d'activités périscolaires d'une école lyonnaise a été mis en examen pour "corruption de mineurs et agressions sexuelles" ce mercredi. Il est accusé d'avoir agressé sexuellement deux enfants d'une dizaine d'années.

Le suspect est un jeune homme, animateur d'activités périscolaires, également employé de l'Education Nationale. Il a été accusé lundi 13 d'avoir agressé sexuellement deux enfants de l'école primaire Charles Peguy dans le VIIIe arrondissement de Lyon.

Ce mercredi 15, il a été mis en examen pour "corruption de mineurs et agressions sexuelles" dans le cadre d’une enquête lancée après une alerte donnée par l’une des jeunes victimes. Les faits de corruption seraient corroborés par des messages et des vidéos à connotation sexuelle émanant d'un compte sur les réseaux sociaux appartenant au suspect et retrouvés par les enquêteurs. Ces échanges entre l'animateur et les victimes présumées, âgées d'une dizaine d'années, étaient communiqués via des smartphones.

Les attouchements auraient été commis sur l'une des écolières, par-dessus ses vêtements. La parquet a tenu à préciser que pour l'heure, le suspect niait l'ensemble des faits qui lui sont reprochés et appelle à la plus grande prudence sur cette affaire. Les faits remonteraient au lundi 6 février.     

En poste depuis trois ans, ce jeune homme a été "immédiatement suspendu de ses fonctions dès sa mise en examen" et le restera pendant toute la procédure judiciaire a fait savoir la Direction des services départementaux de l’Éducation nationale au journal 20 minutes. Le suspect, qui n'avait pas de casier judiciaire, exerçait ses fonctions depuis 3 ans. Une cellule d'écoute a été mise en place pour les enfants et les parents d'élèves de l'école Charles Péguy.

Les attouchements auraient été commis sur l'une des écolières, par-dessus ses vêtements.


Commentaires

-