Lyon: un militaire de Sentinelle tire sur un homme armé d'un couteau

Lyon: un militaire de Sentinelle tire sur un homme armé d'un couteau

Publié le :

Lundi 17 Juin 2019 - 07:24

Mise à jour :

Lundi 17 Juin 2019 - 07:24
©Photo AFP/Ian Langsdon
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Un homme armé d'un couteau et déambulant dans l'enceinte de l'hôpital Desgenettes de Lyon a menacé dimanche 16 des militaires de l'opération Sentinelle. L'un d'entre eux a fait feu pour l'arrêter, le blessant à la jambe. La piste terroriste est envisagée mais n'est pas retenue pour l'instant.

Un militaire de l'opération Sentinelle a fait usage de son arme dimanche à Lyon contre un homme qui menaçait sa patrouille avec un couteau. L'individu a été blessé et interpellé. Pour l'instant, l'agression est considérée comme relevant du droit commun, mais le parquet de Paris, compétent en matière de terrorisme, est tenu étroitement informé du déroulement des investigations.

Les faits se sont produits à l'hôpital militaire Desgenettes dont les soldats assuraient la sécurité. Selon les premières informations dévoilées par le parquet de Lyon, un  homme, "vêtu d'une djellaba", a été repéré dans l'enceinte de l'établissement. La patrouille lui a alors intimé l'ordre de s'arrêter, mais il a refusé de s'exécuter et a "continué sa progression, couteau à la main, en direction des militaires".

Voir: Des militaires de Sentinelle sauvent à mains nues une femme d'une agression sexuelle

L'un d'entre eux a alors, après sommation, tiré à une seule reprise dans la jambe de l'individu. Il a été maîtrisé et transporté à l'hôpital Edouard-Herriot. Son pronostic vital n'est pas engagé.

Les questions restaient nombreuses quant aux motivations de l'individu au lendemain des faits. Il s'agirait d'un ancien patient de l'établissement. Le mobile terroriste n'a donc pas été établi mais la thèse reste envisagée. "Une enquête a été ouverte et confiée à la DIPJ par le parquet de Lyon du chef notamment de tentative d'homicide volontaire sur personnes chargées d'une mission de service public", a précisé le parquet.

Mise en place après les attentats de 2015, la force Sentinelle a été prise pour cible à plusieurs reprises, que ce soit par motivation terroriste, de droit commun, ou l'acte de déséquilibrés. Ce qui a provoqué certaines critiques, notamment sur le fait que les militaires seraient davantage des cibles qu'un moyen de protection.

Lire aussi:

Guyane: deux gendarmes et deux militaires blessés lors d'un choc de pirogues

L'homme aurait menacé les militaires de Sentinelle avec un couteau.


Commentaires

-