Maël, 5 mois, secoué à mort: 12 ans de prison pour le père

Maël, 5 mois, secoué à mort: 12 ans de prison pour le père

Publié le :

Jeudi 16 Mai 2019 - 07:30

Mise à jour :

Jeudi 16 Mai 2019 - 07:33
© JOEL SAGET / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Mercredi 15, la cour d'assise de la Mayenne a condamné un homme de 44 ans pour avoir secoué à mort son bébé de cinq mois, sans doute exaspéreé par ses pleurs. L'homme expliquait que son enfant avait fait un malaise et qu'il voulait le faire "réagir".

Il n’aura fallu que trois heures et demie pour que les jurés rendent leur verdict et suivent à la lettre les réquisitions de l’accusation. Mercredi 15, un homme de 44 ans a été condamné à 12 ans de prison ferme pour avoir "secoué" son bébé, ce qui avait provoqué la mort du nourrisson.

Les faits remontent à la nuit du 20 au 21 mars 2017 à Cuillé (Mayenne). Ce père qui avait emmené le bébé chez lui va le secouer violemment. Le petit Maël, cinq mois seulement, ne survivra pas à ce traitement visiblement infligé du fait de l’exaspération du père suite aux pleurs de son fils affamé et dont la couche n’était pas changée.

Si les deux parents avaient été placés en garde à vue le lendemain des faits, la mère avait rapidement été mise hors de cause. Seul le père répondait donc de cet acte considéré comme criminel.

Lire aussi: Bébé secoué en Isère, une nounou mise en examen

Selon Le Courrier de la Mayenne, le quadragénaire dans le box des accusés a conservé le système de défense qu’il utilise depuis le début de l’affaire, expliquant que le petit Maël avait fait un malaise et qu’il l’avait effectivement secoué pour le faire "réagir". Cette thèse était dénoncée par l’accusation et les parties civiles, et les jurés n’ont pas cru à cette version.

Outre la lourde peine de prison, le père sera soumis à un suivi socio-judiciaire avec une injonction de soins. Selon la presse locale, l’homme qui a accueilli le verdict en restant impassible, ne devrait pas faire appel de sa condamnation.

Voir aussi:

Mort d'un nourrisson de 3 mois, victime du syndrome du bébé secoué

Le bébé avait été secoué à mort par son père.

Commentaires

-