Manifestations de Gilets jaunes à Paris samedi: l'Etoile bloquée demain?

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 01 mars 2019 - 19:22
Image
Un Gilet jaune lève le poing en manifestant sur les Champs-Elysées à Paris le 23 février 2019
Crédits
© Zakaria ABDELKAFI / AFP
certains groupes de Gilets jaunes appellent à des manifestations non déclarées à Paris demain.
© Zakaria ABDELKAFI / AFP

Plusieurs appels à des manifestations de Gilets jaunes à Paris, déclarées ou non, ont une nouvelle fois été lancés pour l'acte 16, samedi 2 mars. Mais des doutes subsistent sur la mobilisation.

Quels manifestations, parcours et blocages pour l'acte 16 des Gilets jaunes qui doit avoir lieu samedi 2 mars à Paris et dans le reste de la France?

Ce vendredi après-midi, la préfecture de police n'avait toujours pas dévoilé de liste de rassemblements autorisés. Si sur les réseaux sociaux, certains groupes appelaient à des manifestations déclarées.

Si celles-ci sont devenus au fil des actes le moyen d'expression privilégié des Gilets jaunes, les appels aux rassemblements non déclarés persistent, avec plus ou moins de succès. Ces évènements sont plus difficiles à sécuriser pour les forces de l'ordre et donc prisés par les casseurs qui s'y infiltrent.

Voir: Fiorina, éborgnée, et Antonio, estropié - deux "gilets jaunes" qui "ne regrettent rien"

Ainsi, une page Facebook rassemblant un millier de participants et quelque 5.000 intéressés appelait ce vendredi à "l'insurrection", revendiquant son aspect non-déclarée et appelant à "bloquer la place de l'étoile le plus longtemps  possible". Difficile cependant de savoir quel sera le résultat réel de cet appel. Il pourrait en tout cas avoir un impact sur la circulation des véhicules, des métros et du RER A. La RATP n'avait ce vendredi à 18h pas encore annoncé de fermetures.

Emmanuel Macron a appelé les Gilets jaunes à un "retour au calme" vendredi à Bordeaux.  "Je pense que la situation que nous vivons n'est plus compréhensible par nombre de nos concitoyens" a déclaré le chef de l'Etat, qualifiant "d'intolérables" les violences qui émaillent les manifestations.

Lire aussi:

"Gilets jaunes": "les Français veulent l'arrêt de ce mouvement" selon Castaner

"Gilets jaunes": Macron rejette "la démocratie de l'émeute"