Manifestations des taxis: plusieurs interpellations suites à des incidents violents

Manifestations des taxis: plusieurs interpellations suites à des incidents violents

Publié le :

Jeudi 25 Juin 2015 - 15:47

Mise à jour :

Jeudi 25 Juin 2015 - 16:01
Dans plusieurs points de la mobilisation des taxis contre les VTC et les chauffeurs amateurs d'UberPop, des incidents violents ont été observés. Au moins quatre interpellations ont eu lieu dans la matinée ce jeudi.
©Charles Platiau/Reuters
PARTAGER :
-A +A

Le face à face entre les chauffeurs de taxis en grève et les CRS qui tentent de faire respecter l'ordre républicain est resté tendu ce jeudi 25 dans de nombreuses grandes agglomérations françaises. Quatre personnes ont été interpellées dont trois chauffeurs de taxis et un chauffeur de VTC.

Des incidents, parfois violents, ont eu lieu: bagarres, jets de pierres, véhicules de VTC et d'Uber vandalisés ont été constatés à de multiples reprises au niveau des barrages filtrants mis en place par les grévistes autour des gares, des aéroports et aux entrées des grandes villes.

Aux abords de la porte Maillot dans l'ouest parisien, les forces de l'ordre ont dû charger à plusieurs reprises les manifestants et faire usage de gaz lacrymogènes. Des affrontements qui se sont parfois poursuivis, au mépris du danger, sur les voies du périphérique parisien. Un chauffeur de taxi a été appréhendé par des policiers après avoir blessé un CRS en lui lançant un projectile.

A l'aéroport d'Orly, la situation a également dégénéré quand un chauffeur de VTC a forcé un barrage de taxis en percutant l'un des grévistes qui a été légèrement blessé, le chauffard a été interpellé avant d'être roué de coups par les chauffeurs de taxi aux alentours.

A Marseille, plusieurs points d'entrée de la cité phocéenne ont été bloqués par des chauffeurs de taxi qui ont allumé des feux de poubelles et de palettes.

A Toulouse, Nantes, Bordeaux, Lilles ou encore Lyon, la circulation a été très perturbée. De nombreux témoignages font état de véritable "traque des chauffeurs VTC ou Uber" dans ces villes. Au total, selon la police, près de 2.800 chauffeurs de taxi manifestaient ce jeudi dans toute la France et "une trentaine de points de blocage" avaient été recensés à midi. 

Pour tenter de détendre la situation, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve a demandé au préfet de police de Paris de prendre un arrêté interdisant UberPop, comme cela a déjà fait dans le Nord ou en Gironde il y a quelques semaines.

 
 

Les affrontements ont été violents entre CRS et taxis en grève, porte Maillot à Paris.


Commentaires

-