Mantes-la-Jolie: plainte pour " violences policières à caractère raciste" après une bavure présumée

Mantes-la-Jolie: plainte pour " violences policières à caractère raciste" après une bavure présumée

Publié le :

Lundi 13 Novembre 2017 - 11:37

Mise à jour :

Lundi 13 Novembre 2017 - 11:47
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Une enquête a été ouverte par le parquet de Versailles après une interpellation mardi à Mantes-la-Jolie (Yvelines) au cours de laquelle un homme de 27 ans a été brûlé au bras. Son avocat a déposé plainte pour "violences policières à caractère raciste".

Un jeune homme de 27 ans a déposé plainte par le biais de son avocat pour "violences policières à caractère raciste" à son encontre samedi 11 auprès du parquet de Versailles après son interpellation à Mantes-la-Jolie (Yvelines) au cours de laquelle il dit avoir été gravement brûlé à la main.

Les faits se sont déroulés mardi 7 dans la cité du Val-Fourré vers 17h. Le plaignant a été contrôlé par les forces de l'ordre alors qu'il se trouvait dans un véhicule qui appartenait à l'un de ses amis et que les policiers souhaitaient contrôler. Le dépôt de plainte explique qu’un second véhicule de police est alors arrivé sur place et que les policiers ont souhaité effectuer le contrôle d’identité du plaignant. Ce dernier aurait alors été "embarqué" dans le fourgon de police sans "aucune opposition" selon ses déclarations.

Une version qui diffère de celle des forces de l'ordre qui ont expliqué avoir été pris à partie par l'interpellé qui a "tenté de prendre la fuite" avant d'être menotté et "hissé avec difficultés dans le fourgon" pendant qu'un "rassemblement hostile" se formait.

Dans le fourgon qui l'emmenait au commissariat de Mantes-la-Jolie, il dit avoir été frappé, insulté de manière raciste (le terme de "sale negro" aurait été employé) selon son avocat, Me Calvin Job, et maintenu contre un chauffage tout au long du trajet, malgré ses cris de douleur, lui provoquant d'importantes brûlures sur la main.

"L'individu ne s'est plaint à aucun moment d'avoir mal au poignet. Ces brûlures ont été constatées" au commissariat a expliqué pour sa part un syndicaliste policier.

Une fois au commissariat, le contrôle d'identité est devenu une interpellation pour stupéfiants, rébellion et outrage à agent, précise son avocat. Le jeune homme a demandé à voir un médecin, il a hurlé et a fini par être emmené à l'hôpital par les pompiers et les policiers. Sa garde à vue a alors été levée.

Rentré chez lui puis revenu aux urgences, il a été orienté plus tard vers un hôpital parisien où des brûlures "de deuxième et de troisième degrés, aggravées par le diabète" dont il souffre, ont été diagnostiquées, selon le parquet. Il a été opéré vendredi 10 et devait rester hospitalisé une semaine, a indiqué son avocat.

Son avocat, contacté par Franceinfo souhaite "qu'une instruction soit ouverte pour qu'il y ait une enquête sereine, à charge et à décharge, de manière à mettre la lumière sur le déroulé de cette affaire".

Le jeune homme a dû être hospitalisé une semaine.

Sur le même sujet, la rédaction vous propose:



Commentaires

-