Marseille: ils se faisaient passer pour des touristes et transportaient de la drogue lors de croisières

Marseille: ils se faisaient passer pour des touristes et transportaient de la drogue lors de croisières

Publié le 22/05/2017 à 11:01 - Mise à jour à 11:08
©Wikimedia Commons
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Une trentaine de personnes, originaires de Nice, sont jugées à partir de ce lundi à Marseille pour avoir participé pendant des années à un trafic de cannabis et de cocaïne lors de croisières entre l'Europe et le Brésil. Les passeurs ramassaient 10.000 euros lors de chaque déplacement.

Ils se faisaient passer pour des couples en vacances. Au total, 27 hommes et huit femmes, originaires de Nice, sont jugés à partir de ce lundi 22 à Marseille pour avoir participé pendant des années à un trafic de cannabis et de cocaïne lors de croisières entre l'Europe et le Brésil. Les faits se sont produits entre 2012 et 2014. Au cours de cette période, les malfaiteurs voyageaient avec des bagages particulièrement chargés.

Leur système était bien rodé lors de chaque déplacement: âgés pour la plupart d'une vingtaine d'années, les trafiquants jouaient les touristes et embarquaient depuis l'Italie sur un bateau de la compagnie Costa. Lors de l'escale marocaine, ils se rendaient dans un appartement dans lequel ils fixaient sur leur torse des sacs de cannabis. L'objectif: les échanger au Brésil contre de la cocaïne. Une opération plus que rentable puisque le cannabis coûte extrêmement cher en Amérique du Sud. Selon les informations du Monde, le kilo de cannabis est acheté 450 dollars au Maroc mais atteint 15.000 dollars au Brésil. En revanche, le kilo de cocaïne coûte 9.000 dollars en Amérique du Sud mais est revendu en France autour de 46.000 dollars.

Puis, ils regagnaient le navire et livraient la marchandise à Rio. Le voyage retour se faisait ensuite par un autre couple de passeurs avec dans leurs bagages cette fois-ci de la cocaïne à destination de la France. A chaque voyage, chacun ramassait la somme de 10.000 euros.

Mais ce petit manège a rapidement pris fin. C'est en avril 2014 que la police a démantelé ce vaste réseau grâce au comportement suspect d'un couple de passeurs. Les autorités avaient été alertées puis avaient procédé à des écoutes téléphoniques. Ils avaient alors découvert les deux noms à l'origine de ce réseau de "narco-croisiéristes": Karim Moutakhaouil et Victor Tavares Sanches. Mais depuis ce coup de filet, le premier a disparu de la circulation et fait l'objet d'un mandat d'arrêt international. Le procès devant le tribunal correctionnel de Marseille se tiendra jusqu'au 9 juillet. 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


PARTAGER CET ARTICLE :


Le scénario s'est produit une dizaine de fois entre 2012 et 2014. (image d'illustration)

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-