Maxime Nicolle lance un ultimatum et menace de quitter la France (vidéo)

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 30 janvier 2019 - 09:41
Image
Maxime Nicolle
Crédits
©Capture d'écran
Mardi soir, Maxime Nicolle (figure du mouvement des Gilets jaunes) a menacé de quitter la France si le gouvernement ne faisait rien de concret d'ici deux semaines.
©Capture d'écran

Maxime Nicolle, l'un des leaders des Gilets jaunes, a interpellé le gouvernement français mardi 29 au soir et a menacé de quitter le pays si rien n'était fait financièrement dans les deux semaines pour aider le peuple.

"Si dans les deux semaines qui suivent, il n'y a aucune avancée, aucune avancée concrète financière envers le peuple, (…) je pars de ce pays". Maxime Nicolle a lancé un ultimatum au gouvernement mardi soir dans un live Facebook diffusé sur sa page "Fly Rider infos blocage". Il a menacé de quitter le pays si rien n'était fait pour aider financièrement les gens à s'en sortir dans les deux semaines à venir.

L'un des leaders du mouvement des Gilets jaunes entend demander l'asile politique à un pays qui n'a pas d'accord d'extradition avec la France, afin de ne pas risquer d'aller en prison. Il s'est comparé lui-même Julian Assange.

Et même en exil, il ne compte pas arrêter de se battre: "Si vous ne faites pas ça, dans deux semaines, je pars de ce pays, je fais une demande d'asile constitutionnel et je me battrais à l'extérieur, mais je peux vous garantir que j'y passerais ma vie. Je me battrai contre vous jusqu'à ce que j'en crève".

Lire aussi: Gilets jaunes - brève interpellation à Bordeaux de Maxime Nicolle

Dans son intervention, Maxime Nicolle a à nouveau souligné le caractère pacifique de la mobilisation des Gilets jaunes, discours contrastant avec l'appel à un "soulèvement sans précédent" d'Eric Drouet pour l'acte 12 samedi 2 février.

"Nous appelons à un soulèvement sans précédent par tous les moyens utiles et nécessaires pour que plus personne ne soit victime de ces blessures de guerre", a-t-il déclaré lundi, concluant son allocution par "aux armes citoyens, formez vos bataillons".

Christophe Castaner a souhaité le lendemain qu'Eric Drouet soit poursuivi en justice pour avoir tenu ces propos: "C'est un appel à l'insurrection. (…)Cette dernière déclaration relève à mon sens de l'infraction pénale".

Et aussi:

Maxime Nicolle: des Gilets Jaunes prêts à "un appel aux armes"

Au ministère des Outre-mer, des "gilets jaunes" demandent du "concret" à Girardin

"Gilets jaunes": Macron dit qu'il tirera "des conséquences profondes" du grand débat

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.