Meeting de Fillon: un étudiant raconte s'être fait tabasser pour ne pas s'être levé pour "La Marseillaise"

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Meeting de Fillon: un étudiant raconte s'être fait tabasser pour ne pas s'être levé pour "La Marseillaise"

Publié le 17/03/2017 à 12:15 - Mise à jour à 12:29
© CHARLY TRIBALLEAU / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Lors du meeting de François Fillon qui se tenait à Besançon (Doubs) le 9 mars, un étudiant de 19 ans raconte s'être fait tabasser par des membres de la sécurité pour ne pas s'être levé au moment de chanter "La Marseillaise".

Max, un étudiant en art est venu assister avec un ami au meeting de François Fillon jeudi 9 dans le parc de Micropolis à Besançon, "pour voir et écouter sans être convaincu". Le jeune homme curieux sans être "sympathisant" raconte s'être fait tabasser pour ne pas s'être levé au moment de chanter La Marseillaise.

Assis au fond de la salle, Max explique que le meeting s'est terminé par l'hymne national. Contrairement aux autres militants, il a décidé de rester assis. "On ne s'est pas levés. Je n'ai rien contre l'hymne et ce qu'il représente, mais là on n'avait pas envie de s'associer avec les gens présents. Il y avait une forte excitation générale. Un homme est venu me voir pour me demander pourquoi je ne me levais pas. Il m'a demandé si je n'étais pas fier d'être Français. Il voulait presque m'obliger", a-t-il raconté au Progrès et à l'Est Républicain.

L'interpellation verbale s'est alors transformé en violence physique. Max raconte que deux hommes l'ont saisi par "une clé de bras" et sorti de la salle pour l'agresser. "Ils se sont mis à trois pour me porter vers un couloir à l'écart. Ils m'ont mis au sol et tapé", indique t-il. Une fois dans le couloir, l'étudiant se serait fait rouer de coups pendant que son ami échouait à filmer la scène. Max explique avoir tenté de répliquer, en vain: "J’ai reçu un violent coup dans les testicules. À un moment, j’étais immobilisé par quatre hommes, l’un d’eux avait le pied sur ma tête. C’est à ce moment que j’ai eu vraiment peur. Ils étaient en costume mais je n’ai vu aucun brassard +sécurité+. Après de nouvelles insultes ils m’ont jeté dehors, derrière le hall".

Mal en point, le jeune homme s'est ensuite rendu chez un médecin qui lui a fait un certificat médical, puis il est allé porter plainte contre X pour violences en réunion suivi d’une incapacité totale de travail n’excédant pas huit jours. "J’ai encore mal à la jambe, j’ai boité pendant trois jours. Mais ce n’est pas là qu’il y a eu le plus de traces", a-t-il confié.

Le responsable local du parti LR et organisateur du meeting, Michel Viennet, a répondu aux interrogations du Progrès en affirmant ne pas avoir entendu parler de l'événement mais a indiqué qu'il allait tenter d'en "savoir plus" sur cet incident. Avant de préciser: I"Il y avait, pour le meeting de François Fillon à Besançon, cinquante personnes chargées du service d’ordre".

De son côté, Didier Sikkink qui travaille à la direction de Micropolis, écarte la moindre responsabilité en affirmant: "Notre sécurité sur ce genre d’événement se cantonne à la gestion des files d’attente et la protection des biens de Micropolis".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Max raconte que deux hommes l'ont saisi par "une clé de bras" et sorti de la salle pour l'agresser.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-