Menaces de mort: Jawad Bendouad condamné à six mois de prison avec sursis

"Je vais t'égorger"

Menaces de mort: Jawad Bendouad condamné à six mois de prison avec sursis

Publié le :

Mercredi 25 Avril 2018 - 16:26

Mise à jour :

Mercredi 25 Avril 2018 - 16:40
Le tribunal de Bobigny a condamné ce mercredi Jawad Bendaoud à six mois de prison avec sursis, avec mise à l’épreuve, obligation de soins, de travail ou de se former pour avoir menacé de mort son ex-compagne.
© / AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Il a interdiction de rentrer en contact avec la jeune femme. Jawad Bedaoud a écopé de six mois de prison avec sursis, assorti d'une mise à l’épreuve pour une durée de deux ans pour menaces de mort sur son ex-compagne. Il était jugé en comparution immédiate par le tribunal correctionnel de Bobigny ce mercredi 25.

Les menaces par "textos et appels" remontent à "fin mars", selon une source proche de l'enquête. "Je vais te tuer", "je vais t'égorger", a notamment déclaré le prévenu. La jeune femme avait porté plainte ce qui avait provoqué le placement de Jawad Bendaoud en garde à vue mardi 24 à Saint-Denis.

Au cours de l'audience, celui qui a été relaxé en février par le tribunal correctionnel de Paris pour "recel de malfaiteurs terroristes", n'a pas été tendre avec la plaignante. "J’en ai rien à foutre d’elle, j’ai couché avec 17 filles depuis le 14 février (sa sortie de prison NDLR), mon avocat a les noms", a-t-il expliqué à la barre. Et d'ajouter: "Vous n'avez pas idée de la langue de vipère que c’est. Je vais la quitter, j’ai un avion de chasse qui m’attend".

Lire aussi - Jawad Bendaoud en garde à vue pour menaces de mort sur son ex-compagne

Jawad Bendaoud a toutefois reconnu que son comportement n'était pas acceptable: "oui j’ai fait n’importe quoi monsieur le juge, c’est honteux pour moi". Et d'implorer: "Faites de moi ce que vous voulez, mettez moi 400 heures de travaux d’intérêt général, mais je veux juste pas retourner en prison".

Son avocat a d'ailleurs plaidé contre son emprisonnement. "La prison n’a aucun sens. Il a perdu une partie de son cerveau en prison, après 27 mois à l’isolement on ne peut pas s’attendre à ce qu’il soit l’homme le plus rangé du monde. La prison c’est exclu!", a fait valoir Me Nogueras.

Surnommé "le logeur de Daech", Jawad Bendaoud, 31 ans, a été relaxé en première instance le 14 février 2018, le tribunal ayant estimé que les charges contre le prévenu étaient "insuffisantes pour démontrer la culpabilité de Jawad Bendaoud", au terme d'un procès émaillé d'incidents d'audience et de déclarations à l'emporte-pièce. Le parquet de Paris, qui avait requis quatre ans de prison, a fait appel et un nouveau procès se tiendra du 21 novembre au 21 décembre 2018.

Jawad Bedaoud a écopé de six mois de prison avec sursis pour menaces de mort.

Commentaires

-