Attentat à Magnanville: le tueur condamné en 2013 dans une affaire de terrorisme

Attentat à Magnanville: le tueur condamné en 2013 dans une affaire de terrorisme

Publié le 14/06/2016 à 08:00 - Mise à jour à 08:02
©Bohac Yann/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): PP

-A +A

Un tueur condamné pour participation à une filière djihadiste et se réclamant de Daech, deux victimes qui étaient policiers et laissent un orphelin de trois ans: le point sur les dernière informations disponibles suite à l'attentat survenu lundi soir à Magnanville, dans les Yvelines.

Deux policiers tués chez eux, en présence de leur enfant de trois ans. Voilà le terrible bilan de l'attaque d'un couple de fonctionnaires de la police nationale par un homme armé d'un couteau survenue lundi 13 au soir à Magnanville, petite commune pavillonnaire des Yvelines située tout près de Mantes-la-Jolie. L'assaillant, abattu par le RAID, s'est réclamé de Daech, qui a par ailleurs revendiqué l'attaque. Il était connu pour radicalisation, selon i>Télé.

>Les faits

Il était aux alentours de 21h lorsque un homme a attaqué le commandant de police âgé de 42 ans, qui rentrait chez lui et était en civil. A quelques mètres du domicile de sa victime, il lui aurait alors porté plusieurs coups de couteau notamment au niveau de l'abdomen. Le fonctionnaire aurait rapidement succombé à ses blessures.

Le suspect se serait ensuite engouffré dans le pavillon de la famille, semblant prendre en otage la femme du policier, 36 ans et elle même agent administratif au commissariat de Mantes-la-Jolie. 

Alors que le quartier était entièrement bouclé, le RAID a été dépêché sur place. Des négociations ont été entamées vers 22h30. Face à la détermination du forcené, un assaut a fini par être ordonné. Lors de celui-ci, les policiers d'élite ont abattu le suspect et découvert le corps, égorgé selon certaines sources, de la femme. Le petit garçon de la famille, âgé de trois ans, a pour sa part été retrouvé indemne bien que très choqué.

> Un attentat?

Des témoins avancent que l'assaillant aurait agi en criant "Allah Akbar", selon des sources policières. Par ailleurs, au cours des négociations, il aurait invoqué l'Etat islamique. L'organisation terroriste a également revendiqué l'attaque en publiant un texte via ses réseaux de communication habituels. Le parquet antiterroriste s'est enfin saisi de l'enquête, confirmant les soupçons formels d'un attentat. 

> Un tueur connu pour radicalisation

Connu des services de police pour de menus larcins, allant du vol au recel en passant par des faits de violence, le tueur, qui serait âgé de 25 ans et de nationalité française, était également fiché par l'antiterrorisme. La sous-direction spécialisée avait ainsi ouvert une enquête le concernant pour des soupçons de radicalisation, selon une information i>Télé confirmée par France info.

Surtout, Le Figaro, citant des sources policières et judiciaires, avance également qu'il aurait été condamné en 2013 à trois ans de prison dont six mois avec sursis pour avoir participé à une filière d'acheminement de djihadistes vers le Pakistan.

 

Auteur(s): PP


PARTAGER CET ARTICLE :


L'assaillant aurait été condamné en 2013 à trois ans de prison dont six mois avec sursis pour avoir participé à une filière d'acheminement de djihadistes vers le Pakistan, selon des sources policières.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-