Meurtre de Laetitia Perrais: Tony Meilhon de nouveau face aux juges

Meurtre de Laetitia Perrais: Tony Meilhon de nouveau face aux juges

Publié le :

Lundi 17 Novembre 2014 - 17:09

Mise à jour :

Lundi 17 Novembre 2014 - 17:37
Tony Meilhon avait été jugé coupable en première instance du meurtre de Laetitia en 2011 près de Pornic (Loire-Atlantique). Son procès est rouvert en appel devant la cour d'assises de Rennes (Ille-et-Vilaine) à partir de ce mardi 18 novembre. Il demande notamment à la justice de faire sauter sa rétention de sûreté.
©Laetitia Notarianni/Reuters
PARTAGER :
-A +A

Tony Meilhon comparaît en appel ce mardi 18 devant la cour d'assises de Rennes (Ille-et-Vilaine) pour le meurtre de Laetitia Perrais. Les faits remontent au 18 janvier 2011. Laetitia Perrais, serveuse de 18 ans dans un restaurant près de Pornic (Loire-Atlantique), rejoint ce soir là Tony Meilhon, qu'elle a rencontré il y a peu par des amis, à la sortie de son service. Vers 1 heure du matin, elle appelle un ami, affolée, assurant avoir été violée. Ce seront les dernières nouvelles de Laetitia avant sa mort.

Tony Meilhon apparaît très vite comme le principal suspect. Il avoue en garde-à-vue avoir heurté le scooter de la jeune femme et avoir jeté son corps dans la Loire voisine. Mais le 1er février puis le 9 avril 2011 les policiers retrouvent le corps de Laetitia démembré dans deux étangs. Elle aurait été tuée par étranglement et une trentaine de coups de couteaux.

Lors de son procès en 2013, Tony Meilhon a déjà une dizaine de condamnations à son actif. A 34 ans, ce multirécidiviste a déjà fait de la prison et y a violé un de ses codétenus. "Cette violence que j’ai encaissée s’est gravée en moi", déclarait-il à propos de son histoire familiale compliquée: enfant, il était battu par son beau-père.

"Tony Meilhon est un prédateur dépourvu de scrupules, qui devra accomplir un long chemin pour peut-être redevenir un homme digne de ce nom", déclarait l’avocate générale, Florence Lecoq. En première instance, l'homme a écopé de la peine la plus lourde du code pénal français: la réclusion criminelle à perpétuité dont 22 ans incompressibles, accompagnée d'une possible rétention de sûreté au terme de ce délai. En d'autres termes, à la fin de sa peine, Tony Meilhon devrait être placé dans un centre médico-judiciaire duquel il n'est pas sûr de pouvoir sortir un jour.

Tony Meilhon souhaite faire sauter sa rétention de sûreté et a fait appel de la décision de première instance. La cour d'assises de Rennes se penchera sur cette requête à compter de ce mardi 18 novembre.

 

Une photographie de Laetitia Perrais à l'entrée de l'église près de Nantes, le jour de son enterrement 25 juin 2011.


Commentaires

-