Meurtre de Maëlys: ses proches continuent le combat sur Facebook

Meurtre de Maëlys: ses proches continuent le combat sur Facebook

Publié le :

Mardi 15 Mai 2018 - 16:01

Mise à jour :

Mardi 15 Mai 2018 - 16:11
© PHILIPPE DESMAZES / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Nordahl Lelandais a reconnu le 14 février dernier avoir tué "accidentellement" la petite Maëlys, enlevée lors d'un mariage à Pont-de-Beauvoisin en Isère. Depuis, les proches de la fillette, dont sa mère Jennifer et sa sœur Colleen, continuent de parler d'elle sur Facebook et de réclamer justice.

Mercredi 14 février 2018. Le couperet tombe. Nordahl Lelandais, principal suspect dans l'affaire, avoue avoir accidentellement tué la petite Maëlys de Araujo, enlevée lors de la fête d'un mariage à Pont-de-Beauvoisin en Isère, dans la nuit du 26 au 27 août 2017.

La famille de la fillette commence alors un long travail de deuil et réclame que justice soit faite pour faire payer cet homme qui, encore aujourd'hui (ce mardi 15 mai), est présumé innocent et n'est pas en détention en prison.

Nordahl Lelandais est en effet toujours sous surveillance dans le centre hospitalier du Vinatier à Bron dans le Rhône. En souffrance psychologique, l'ancien militaire de 34 ans y a été admis à sa demande quelques jours après ses aveux.

Lire aussi: Maëlys - "Nous avons perdu six mois" avec les mensonges de Lelandais

En attendant qu'il sorte de là et qu'un éventuel procès se tienne, les proches de Maëlys continuent de se battre sur les réseaux sociaux et surtout sur Facebook.

Sévérine Cleyet-Marrel, sa tante, a notamment partagé lundi 14 le message d'une internaute qui disait "justice pour Maëlys".

Elle a également tenu à remercier les groupes de soutien qui se sont formés pour perpétrer le souvenir de la fillette par différentes actions, comme des marches blanches ou des lâchers de ballons.

Par ailleurs, la maman de Maëlys, Jennifer Cleyet-Marrel, continue de parler de sa fille et de publier des montages photos ou vidéos d'elle.

Elle utilise aussi son compte Facebook pour relayer des appels à témoins, avis de recherches, et apporter son soutien aux parents d'enfants disparus ou décédés dans des circonstances similaires à Maëlys.

C'est sa façon à elle de ne pas se noyer dans son chagrin et d'essayer d'empêcher qu'un tel drame touche une autre famille.

Trois mois après les aveux de Nordahl Lelandais, les proches de la petite Maëlys continuent de perpétrer le souvenir de la fillette et de demander justice sur Facebook.


Commentaires

-