Meurtre du chef de la police municipale à Rodez: les aveux d'Alexandre Dainotti

Meurtre du chef de la police municipale à Rodez: les aveux d'Alexandre Dainotti

Publié le :

Vendredi 28 Septembre 2018 - 16:03

Mise à jour :

Vendredi 28 Septembre 2018 - 16:10
Alexandre Dainotti a reconnu avoir tué le chef de la police municipale de Rodez par vengeance selon une déclaration du vice-procureur de la République de Rodez. La confiscation de son chien semble être le mobile du marginal.
©Bebert Bruno/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Il est passé aux aveux. Alexandre Dainotti, l'homme suspecté d'avoir poignardé jeudi 27 au matin, en pleine rue à Rodez, le chef de la police municipale, a reconnu être l'auteur du crime et validé les premiers éléments connus de l'enquête, comme le confirme le journal Centre Presse Aveyron.

L'homme âgé de 39 ans explique même avoir donné neuf coups de couteau (et non pas trois comme initialement annoncé) à sa victime Pascal Filoé, selon le rapport fait de ses propos par Chérif Chabbi, le procureur de la République de Rodez. Les coups ont été portés dans au dos, à l'abdomen et au bras.

La garde à vue aurait permis de recueillir des déclarations confirmant que la vengeance était bien le mobile du crime. Alexandre Dainotti, arrivé dans la région depuis quelques mois, s'est bien fait retirer son chien le 18 septembre. L'animal de catégorie 1 était détenu sans autorisation.

Voir aussi - Rodez: le responsable sécurité de la mairie mortellement poignardé 

La garde à vue d'Alexandre Dainotti a été prolongée ce vendredi 28 au matin et il devrait selon toute vraisemblance être déféré devant un juge d'instruction samedi 29 au matin, à Montpellier. Il pourrait dans la foulée être placé en détention provisoire.

D'après les informations communiquées, c'est donc une information judiciaire pour assassinat qui serait ouverte dans ce dossier, les éléments semblant confirmer la thèse de la préméditation. Circonstance aggravante du crime, il a été commis sur une personne dépositaire de l'autorité publique, ce qui pourrait valoir à son auteur –qui reste présumé innocent– la réclusion criminelle à perpétuité.

Lire aussi:

Souffrant d'acouphènes et dépressif, il poignarde sa compagne et se suicide

Le suspect a reconnu les faits et le mobile.


Commentaires

-