Meylan: un incendie volontaire détruit plusieurs voitures de gendarmes dans une caserne

Meylan: un incendie volontaire détruit plusieurs voitures de gendarmes dans une caserne

Publié le :

Jeudi 26 Octobre 2017 - 11:30

Mise à jour :

Jeudi 26 Octobre 2017 - 11:44
Plusieurs véhicules ont été détruits dans la nuit de mercredi à ce jeudi matin par un incendie dans l'enceinte de la gendarmerie de Maylan, près de Grenoble. La piste criminelle est fortement envisagée.
©Witt/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un important incendie, très probablement d'origine criminelle, a détruit plusieurs véhicules particuliers de gendarmes à Meylan près de Grenoble, en Isère, très tôt ce jeudi 26. Le sinistre s'est déclaré vers 4h devant l'un des bâtiments de résidence des familles des militaires, situé dans la caserne selon France Bleu Isère.

Le feu s'est propagé au bâtiment et neuf familles, soit 24 personnes, ont dû être évacuées par les pompiers, mais aucun blessé n'est à déplorer. Selon les premiers éléments de l'enquête, il s'agirait d'un incendie volontaire.

"Les véhicules visés sont des véhicules civils, qui appartiennent aux familles. C'est un nouveau cap qui est franchi", a expliqué Yves Marzin, commandant de la gendarmerie de l'Isère à la radio. Et d'ajouter au Dauphiné Libéré: "Cet acte visait non pas les locaux et bureaux de la gendarmerie mais bien les véhicules privés et les familles".

"Deux départs de feu ont été clairement identifiés et la piste criminelle est évidente, bien qu'il n'y ait pour l'instant aucune revendication", précise l'officier au journal régional. Une enquête a été ouverte pour tenter de retrouver les incendiaires. 

Le 21 septembre dernier, un incendie avait touché la caserne de Grenoble. Du matériel d'investigation, des scellés et une trentaine de véhicules avaient été touchés par un incendie qui avait ravagé un hangar abritant le plateau technique d'identification criminelle. L'incendie avait été revendiqué dans la foulée sur un site anarcho-libertaire, indymedia.org, déjà utilisé pour des faits similaires perpétrés à Limoges deux jours plus tôt.

Neuf familles ont dû être évacuées


Commentaires

-