Montalivet: un déséquilibré fonce en voiture à travers le marché, aucun blessé

Montalivet: un déséquilibré fonce en voiture à travers le marché, aucun blessé

Publié le :

Mardi 18 Juillet 2017 - 13:33

Mise à jour :

Mardi 18 Juillet 2017 - 13:58
© GUILLAUME SOUVANT / AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un chauffard d'une cinquantaine d'années a forcé les barrières de sécurité du marché de Montalivet (Gironde) ce mardi. Il a été maîtrisé par les personnes présentes. Les démineurs ont été déployés mais tout semble indiquer qu'il ne s'agit pas d'un attentat mais de l'acte d'un déséquilibré.

Panique ce mardi 18 au matin sur le marché de Montalivet, en Gironde. Un chauffard a foncé sur la foule avant d'être arrêté et maîtrisé par les passants. L'incident n'a pas fait de blessé et la piste terroriste semble d'ores et déjà écartée.

Alors que les habitants et touristes faisaient leurs courses, une Volvo a forcé les barrières métalliques qui entouraient le marché et a commencé à rouler à travers la foule. Un comportement dangereux bien que selon les témoignages recueillis par Sud-Ouest confirmés par la préfecture de Gironde, le conducteur ne roulait pas à une allure très élevée.

C'est un commerçant qui a mis fin à cette situation. Il a jeté un parpaing sur le pare-brise, ce qui, selon les premiers éléments, aurait surpris le conducteur qui aurait alors calé. Il a ensuite été extrait par d'autres personnes qui l'ont remis aux gendarmes.

Un important périmètre de sécurité a été mis en place pour permettre l'intervention des démineurs. Selon la préfecture, ceux-ci envisageaient en effet de recourir à une petite charge explosive pour ouvrir le coffre du véhicule et l'inspecter afin qu'il puisse ensuite être procédé à son enlèvement.

Si ce type d'évènement dans le contexte actuel fait vite penser à un attentat, la piste terroriste est loin d'être privilégiée au profit de celle de l'acte d'un déséquilibré. L'homme, âgé d'une cinquantaine d'années, tenait des propos incohérents lors de son arrestation et devrait être hospitalisé d'office, mesure qui peut être décidée par le préfet après consultation d'un psychiatre si l'individu compromet la sûreté des personnes ou porte gravement atteinte à l'ordre public.

"Il s’agit d’une personne extrêmement perturbée qui a tenu des propos incohérents. Pas à teneur religieuse ou terroriste mais désordonnés", a confirmé Samuel Bouju, directeur de cabinet du préfet cité par le quotidien régional.

L'homme doit être hospitalisé d'office, signe qu'il s'agirait d'un déséquilibré.

Commentaires

-