Montauban: soupçonné d'agressions sexuelles sur des femmes très âgées à l'hôpital

Montauban: soupçonné d'agressions sexuelles sur des femmes très âgées à l'hôpital

Publié le :

Mardi 27 Juin 2017 - 10:58

Mise à jour :

Mardi 27 Juin 2017 - 11:20
©Capture d'écran Google Street
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un homme d'une quarantaine d'années a été mis en examen et écroué à Montauban samedi pour trois agressions sexuelles sur des femmes âgées alors qu'elles étaient hospitalisées à Moissac, dans le Tarn-et-Garonne près de Montauban. Les victimes son âgées de 85 à 98 ans.

Un homme de 47 ans a été mis en examen et écroué samedi 24 à Montauban. Il est accusé d'agressions sexuelles sur des personnes vulnérables. Vendredi 23, il s'était rendu à l'hôpital de Moissac, dans le Tarn-et-Garonne, et serait adonné à trois agressions sexuelles sur des femmes âgées. Les patientes sont âgées de 85 et 98 ans.

Selon les témoignages recueillis par La Dépêche du Midi, elles ont subi des attouchements sur leur poitrine tandis que l'homme leur tenait des propos à caractère sexuel. "Ma mère a 98 ans et est sous tutelle, elle est très choquée par ce que lui a dit et fait cet homme", a confié la fille d'une des victimes au quotidien local. C'est une autre patiente de l'hôpital qui a donné l'alerte, le personnel a donc arrêté l'homme qui tentait de fuir avant d'appeler la police. Selon les premiers éléments, le suspect n'avait aucune famille ni amis hospitalisés et ne travaillait pas dans l'établissement, il n'avait donc pas de raison apparente d'être présent sur les lieux.

Ce n'est pas la première fois que son nom revient dans une telle affaire et il était déjà connu par les services de police. Dans le même hôpital en février dernier, des patientes de 72 à 92 ans avaient fait état d'agressions sexuelles semblables. A cette époque, la culpabilité de cet homme n'avait pas pu être établie.

Il a été déféré au palais de justice de Montauban et une information judiciaire a été ouverte. La juge Nicole Bergougnant a requis son placement en détention provisoire et le suspect devrait bientôt passer une expertise psychiatrique. L'enquête devra notamment définir sil'individu est aussi responsable des agressions du mois de février.

Des événements similaires ont eu lieu en février dernier dans l'hôpital de Moissac.

Commentaires

-