Montauban: un anesthésiste soupçonné d'avoir abusé d'une patiente endormie

Montauban: un anesthésiste soupçonné d'avoir abusé d'une patiente endormie

Publié le :

Jeudi 13 Avril 2017 - 17:58

Mise à jour :

Jeudi 13 Avril 2017 - 18:19
©Swoan Parker/Reuters
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un anesthésiste est accusé par une ancienne patiente d'une clinique de Montauban d'attouchements sexuels alors qu'elle se réveillait de son opération. Il a été interrogé lundi par les enquêteurs. Il a depuis les faits quitté la clinique, au sein de laquelle une infirmière avait également évoqué un comportement un peu trop insistant.

Les faits reprochés auraient eu lieu il y a environ un an, mais ce n'est que lundi 10 que les enquêteurs se sont rendus au domicile du suspect, un anesthésiste d'une soixantaine d'années vivant à Versailles (Yvelines). Il officiait à l'époque dans une clinique de Montauban (Tarn-et-Garonne) qu'il a dû quitter après des accusations d'attouchements sexuels de la part d'une patiente.

Au printemps 2016, une femme opérée de l'épaule à la clinique Croix-Saint-Michel s'était plainte du comportement du médecin. Elle prétend qu'alors qu'elle se trouvait en salle de réveil et émergeait de l'anesthésie, avoir senti une main se poser sur son bas ventre, bien loin de la zone concernée par la chirurgie, rapporte La Dépêche. Bien qu'à moitié consciente, elle a repoussé cette main, celle de l'anesthésiste selon elle.

L'homme a toujours nié les faits, mais la clinique a décidé dans les semaines qui ont suivi la plainte de la patiente de mettre fin à sa période d'essai. Une décision qui aurait également été motivée par le signalement d'une infirmière qui reprochait au médecin un comportement inconvenant, sans geste déplacé mais avec une cour "un peu accentuée".

Toutefois, une autre membre du personnel affirmerait n'avoir observé aucun geste déplacé envers la patiente, précise LCI. Ce sera donc au procureur de la République de Montauban de faire la lumière sur ces faits avant que d'éventuelles poursuites ne soient engagées.

L'anesthésiste nie les faits et sa version serait appuyée par le témoignage d'une collègue.


Commentaires

-