Montpellier – Attentat déjoué: les logeurs d'un des suspects sont "sous le choc"

Montpellier – Attentat déjoué: les logeurs d'un des suspects sont "sous le choc"

Publié le :

Vendredi 10 Février 2017 - 19:23

Mise à jour :

Vendredi 10 Février 2017 - 19:25
Mohamed et Myriam qui logeaient Thomas, le jeune de 20 ans interpellé ce vendredi matin près de Montpellier et qui préparait un attentat, n'ont vu aucun signe qui aurait pu indiquer ce qu'il prévoyait avec ses complices.
©Photo AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

A Clapiers, près de Montpellier, Mohamed, 41 ans, est abasourdi après l'interpellation ce vendredi 10 de quatre personnes soupçonnées de préparer un attentat. Il hébergeait l'un d'eux, âgé de 20 ans, dans son appartement, où les enquêteurs ont en outre saisi un puissant explosif.

"Sur certaines questions (en lien avec la religion, NDLR), je le trouvais évasif, sur des questions fondamentales, il ne me répondait pas", se remémore Mohamed, rencontré par une journaliste de l'AFP au pied de l'immeuble où l'arrestation a eu lieu.

"Apparemment il avait appris la religion sur internet, j’ai bien senti qu’il n'avait pas bien saisi le sens de la religion", se souvient à ses côtés sa sœur Myriam, de grands yeux verts encadrés par un voile rose.

"En apparence, on n’aurait pas dit que c’était un futur terroriste", poursuit Mohamed à propos de Thomas, qui vivait dans son logement pendant que lui-même habitait chez un membre de sa famille. Dans ses mains, un trousseau de clés désormais inutiles: la porte d'entrée de son habitation, explosée pour les besoins de l’interpellation survenue ce vendredi au petit matin, a été remplacée.

Myriam, elle, se dit "sous le choc": c'est elle qui avait convaincu il y a quelques jours Mohamed d'accueillir Thomas chez lui. Myriam, elle, connaissait sa petite amie, Sarah, 16 ans et elle aussi interpellée ce vendredi.

Dès qu’il a reconnu sur le site internet d’un quotidien la cage d’escalier de son logement, jonchée de débris après le coup de filet antiterroriste, Mohamed a compris que Thomas était considéré comme un des suspects dans la préparation d’un attentat.

Et c’est dans son appartement, au premier étage d’une résidence située à l’entrée de Clapiers et composée de logements sociaux avec terrasse ou jardin, habituellement paisible, que les enquêteurs de la Sous-direction antiterroriste (Sdat), de la PJ de Montpellier et de la Force d'intervention de la police nationale (FIPN) ont découvert du TATP -un explosif artisanal puissant mais très instable, prisé des djihadistes. Ils ont aussi mis la main sur tout le nécessaire pour confectionner des engins explosifs: acétone, eau oxygénée, seringues et gants de protection, selon une source judiciaire.

"J’ai voulu le sortir de son pétrin, il s’est servi de moi pour faire des attentats", confie le quadragénaire qui logeait gratuitement le jeune homme soupçonné d'avoir projeté de "se faire exploser", selon une source policière. Mohamed s’était laissé convaincre par sa sœur trentenaire d’héberger Thomas, "qui dormait dans la cave de ses beaux-parents" parce qu'ils n’acceptaient pas sa relation avec Sarah, précise-t-il à l'AFP.

L'appartement que Mohamed prêtait à Thomas, l'individu de 20 ans arrêté projetant un attentat, se situe à Clapiers, près de Montpellier.


Commentaires

-