Montpellier: il meurt étouffé par un grain de riz, un pompier fait un infarctus en tentant de le sauver

Montpellier: il meurt étouffé par un grain de riz, un pompier fait un infarctus en tentant de le sauver

Publié le :

Lundi 03 Octobre 2016 - 10:58

Mise à jour :

Lundi 03 Octobre 2016 - 11:03
©Gile Michel/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un octogénaire est mort étouffé à Montpellier après avoir mangé du riz à son domicile. Alors que les secours tentaient de le réanimer, un des pompiers présent sur place a fait un infarctus. Il a finalement été tiré d'affaire.

A Montpellier, un octogénaire est mort étouffé après avoir mangé du riz à son domicile, a révélé le quotidien 20Minutes. Immédiatement prévenus, les secours sont arrivés sur place au plus vite, en vain. L'octogénaire était en arrêt cardio-respiratoire à leur arrivée et n'a pu être ranimé. Durant l'intervention, un autre drame a eu lieu: un sapeur-pompier de 34 ans, qui tentait de sauver le vieil homme, a été victime d'un infarctus. Pris en charge par le personnel médical présent sur place, il a été hospitalisé au CHRU de Montpellier. Ses jours ne sont plus en danger.  

Selon la Croix-Rouge, plusieurs éléments permettent de repérer un étouffement. Concrètement, la victime ne peut ni parler, ni respirer, ni tousser. Elle peut émettre des sifflements ou tenter de tousser dans émettre du bruit. Dans ce cas, il est nécessaire de respecter plusieurs étapes. Dans un premier temps, il est recommandé de donner un maximum de cinq claques dans le dos de la victime et vérifier si tout rentre dans l'ordre après chaque claque. Toutefois, si les claques dans le dos n'ont pas d'effet, il faut alors effectuer un maximum de cinq compressions abdominales. Et si le problème n'est toujours pas résolu, prendre l'initiative d'alterner cinq claques dans le dos et cinq compressions abdominales. Dans les pires situations, il est fort possible que la victime perde connaissance. Il faut alors la poser délicatement au sol et alerter les secours. Entreprendre ensuite une réanimation cardio-pulmonaire en commençant par effectuer 30 compressions thoraciques.

Quant à l'infarctus, il peut être caractérisé par un malaise, un essoufflement soudain, une fatigue intense, des palpitations, des nausées ou vomissements, ainsi qu'une pâleur. Dans ce cas, il est impératif d'appeler immédiatement le 15. Mais dans le cas où il s'agit d'un arrêt cardiaque (une complication de l'infarctus qui se manifeste par une perte de connaissance, ainsi qu'une respiration inexistante ou très irrégulière), trois réflexes sont  à adopter: appeler le 15 (SAMU) pour prévenir les secours. Commencer immédiatement le massage cardiaque et chercher un défibrillateur s'il y en a un à proximité. 

 

Lors de l’intervention, l’un des pompiers a été victime d’un infarctus et a été sauvé par ses collègues.

Commentaires

-