Morbihan: ils découvrent une tête de serpent dans leurs haricots verts

Pas très ragoutant

Morbihan: ils découvrent une tête de serpent dans leurs haricots verts

Publié le :

Jeudi 31 Mars 2016 - 13:01

Mise à jour :

Jeudi 31 Mars 2016 - 13:16
Alors qu'il s'apprêtait à déguster des haricots verts lundi soir, un couple de Morbihannais a découvert une tête de serpent de près de trois centimètres dans la boîte de conserve.
©Capture d'écran/Twitter@OuestFrance
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

En voilà deux qui doivent être dégoutés à vie des haricots verts. Lundi 28 mars au soir, dans le Morbihan, un couple habitant Nostang a eu la désagréable surprise de découvrir une tête de serpent de près de trois centimètres dans sa boîte haricots verts, révèle Ouest-France. "Je commençais à manger quand, dans mon assiette, au milieu des haricots, j'ai vu cette petite tête sombre d'orvet ou de petit serpent", raconte Dominique Le Fanc au quotidien. "Ça m'a coupé l'appétit. Je ne suis pas près de manger des haricots verts", promet-il.

Selon le journal, les haricots verts très fins provenaient d'une boîte de conserve de la marque Saint-Eloi. C'est la conserverie de légumes du groupe Intermarché Kerlys qui les a mis en boite. "Les haricots verts sont cueillis mécaniquement dans les champs où vit une grande diversité d’animaux. Il existe sur les lignes de production plusieurs étapes de contrôles et de tris, visant à éliminer les corps étrangers avant le conditionnement: détecteurs de métaux, bains de lavage, détecteur optique…", explique la direction de la communication d’Intermarché à Ouest-France. "Grâce à ces contrôles, la présence de corps étrangers dans le produit fini arrive extrêmement rarement. Mais le risque zéro n’existe pas", poursuit-elle, assurant que l'incident "ne présente aucun danger sanitaire". Le couple n'a pas encore contacté le groupe.

Ce n'est pas la première fois qu'un incident de ce genre se produit. En mai dernier, une mère de famille de Clermont-Ferrand avait découvert une petite grenouille morte dans une boîte de haricots verts. Un mois plus tôt, une famille parisienne avait eu la surprise de découvrir une queue de rat, des excréments et des asticots dans sa baguette de pain, après l'avoir à moitié consommée. Elle était alors tombée malade. En mars 2013, un Parisien avait, quant à lui, eu droit à une souris morte dans sa boîte de haricots verts de la marque "Grand Jury". Et en décembre 2012, une habitante de la Nièvre avait elle aussi découvert un rongeur dans une brique de soupe Campbell, tandis que dans le Vernon (Eure), une petite fille de six ans avait trouvé une sauterelle morte de dix centimètres à l’intérieur d'un sachet fraîcheur salade. Ce sont des choses qui peuvent arriver, avait alors expliqué le distributeur au père de famille indigné...

 

"Le risque zéro n'existe pas", indique Kerlys.

Commentaires

-