Morbihan: un corps retrouvé dans la poubelle d'un appartement, la piste du meurtre n'est pas privilégiée

Morbihan: un corps retrouvé dans la poubelle d'un appartement, la piste du meurtre n'est pas privilégiée

Publié le :

Mercredi 18 Octobre 2017 - 12:11

Mise à jour :

Mercredi 18 Octobre 2017 - 12:24
© JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un habitant d'Auray (Morbihan) a prévenu mardi soir les gendarmes qu'un cadavre se trouvait chez lui, dans une poubelle. Une enquête a été ouverte mais la thèse de l'homicide ne serait pas privilégiée.

Mystère autour d'une macabre découverte faite à Auray, dans le Morbihan, dans la nuit de mardi 17 à ce mercredi 18. Un corps a en effet été retrouvé à l'intérieur d'un appartement, dans une poubelle.

Une affaire qui débute dans des conditions étranges. Les gendarmes ont en effet été appelés dans la soirée par un homme, le locataire de l'appartement lui-même selon Le Parisien, les informant qu'un cadavre se trouvait chez lui depuis plusieurs jours. Les militaires se sont rendus sur place et ont en effet constaté la présence du corps.

Le décès remonterait à plusieurs semaines et la dépouille serait donc dans un état de décomposition avancé. Les techniciens en identification criminelle ont été sollicités afin de passer les lieux au peigne fin et une autopsie devrait être pratiquée afin de découvrir l'identité de la victime.

Quant aux causes de la mort, elles restent pour l'instant indéterminées. L'interrogatoire de l'homme qui a prévenu les gendarmes devrait permettre d'en apprendre plus. Mais malgré la présence plus que suspecte de ce corps dans son appartement, la piste du crime violent ne serait pas privilégiée. En effet, ce n'est pas pour meurtre mais pour "atteinte à l'intégrité d'un cadavre" qu'une enquête a été ouverte. Une qualification qui pourrait correspondre à une mort naturelle mais dissimulée par un proche.

Il s'agit néanmoins d'une "atteinte au respect dû aux morts" et donc d'un crime aux yeux de la loi, puni d'un an de prison et de 15.000 euros d'amende.

Ce n'est pas pour meurtre mais pour "atteinte à l'intégrité d'un cadavre" qu'une enquête a été ouverte.


Commentaires

-