Mort de Rémi Fraisse: violences en marge de manifestations lycéennes en Seine-Saint-Denis

Mort de Rémi Fraisse: violences en marge de manifestations lycéennes en Seine-Saint-Denis

Publié le 10/11/2014 à 14:17 - Mise à jour le 11/11/2014 à 16:48
©Twitter
PARTAGER :

Auteur(s): PP

-A +A

Des dégradations ont été commises dans la banlieue nord de Paris, notamment à Saint-Denis, où six lycées sont perturbés par les manifestants.

Vitrines brisées, voitures vandalisées et feux de poubelles, dans la matinée de ce lundi 10 des débordements ont eu lieu en marge de manifestations de lycéens mobilisés suite à la mort de Rémi Fraisse. De nombreux incidents ont été signalés en Seine-Saint-Denis, où le fonctionnement de six lycées est perturbé par les manifestants.

Les débordements les plus importants ont eu lieu devant le lycée Suger de Saint-Denis, dans la banlieue nord de Paris, où plusieurs poubelles ont été enflammées devant les portes d'accès au bâtiment. Les images montrent une façade noircie par les flammes bien que, grâce à l'intervention des pompiers, les dommages soient restés superficiels.

D'autres poubelles ont également été enflammées devant le lycée Cachin de la commune limitrophe de Saint-Ouen. Les flammes ont étés maîtrisées rapidement par les pompiers, mais la direction de l'établissement a décidé de fermer les portes du lycée par mesure de prévention.

Dans le centre-ville de Saint-Denis, de 100 à 150 lycéens sont descendus dans la rue. Selon une source policière citée par Le Figaro, ces "casseurs" voulaient clairement "en découdre". Bilan: vitrines vandalisées et vitres d'arrêts de bus brisées. Europe-1 évoque également des automobilistes agressés à la bombe lacrymogène et victimes de vols.

Un important dispositif policier a dû être mobilisé pour ramener le calme dans les rues du centre-ville. Une station de métro de Saint-Denis a été fermée, et le trafic de tramway interrompu, avant de pouvoir reprendre vers 12h30.

Depuis la fin de semaine dernière, des lycéens manifestent et organisent des blocus d'établissements, notamment à Paris. Ils dénoncent les violences policières suite à la mort de Rémi Fraisse, jeune opposant au barrage de Sivens décédé lors d'affrontements avec la gendarmerie le 26 octobre dernier.

 

 

Auteur(s): PP


PARTAGER CET ARTICLE :


La façade du lycée Suger, lundi 10 novembre.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-