Moselle: le chaton sauve son maître de la mort alors qu'un incendie fait rage

Moselle: le chaton sauve son maître de la mort alors qu'un incendie fait rage

Publié le :

Lundi 22 Février 2016 - 14:56

Mise à jour :

Lundi 22 Février 2016 - 15:00
©Jean-Raphaël Guillaumin/Flickr
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un petit chat d'à peine six mois qui sauve la vie de son maître, un gaillard de 34 ans et ancien pompier de paris: le scénario d'un nouveau film de Disney? Pas du tout, c'est un fait divers bien réel survenu dimanche en Moselle et qui aurait pu virer au drame sans la présence d'esprit du chaton.

Il n'est ni botté ni perché, mais ce chat est tout de même un héros. Pussy, c'est son nom, a sauvé la vie de son maître qui a frôlé l'intoxication au monoxyde de carbone suite à un début d'incendie qui s'était déclaré dans son appartement alors qu'il dormait, dans la nuit de samedi 20 à dimanche 21 à Ottange (Moselle). "Là c’est clair, sans le chat, j’y restais", confie le miraculé Emmanuel Boistol, 34 ans, au Républicain Lorrain.

Car ce père de famille séparé l'a échappé belle. Dimanche matin, alors qu'il rentre d'une "bonne soirée", il a allumé le barbecue électrique branché dans son salon pour se préparer à manger. "En attendant que ça cuise, je me suis posé sur le canapé… Et comme j’étais claqué, je me suis endormi devant la télé".

Pour une raison encore inconnue l'appareil à alors pris feu, sans toutefois réveiller Emmanuel ("Moi, quand je dors, je dors ! Surtout après une soirée…"). La suite, c'est lui qui l'a racontée: "le chat m’a carrément secoué. Il me donnait des coups au visage, sur les joues, mais sans les griffes, comme quand il veut jouer sans faire mal. Premier réflexe, je le balaye, j’étais encore dans le coltar (sic). Quand j’ai ouvert les yeux, je ne voyais plus rien, j’étais comme dans un brouillard très épais. La pièce était noire de fumée et des flammes sortaient du barbecue. (...) Là c’est clair, sans le chat, j’y restais. Lui au moins, il a capté que ça craignait. Je me dis que j’aurais pu m’endormir comme ça, tranquillement, définitivement".

Une fois réveillé, cet ancien pompier de Paris a rapidement pu éteindre le début d'incendie, grâce à des coussins. Mais il a tout de même frôlé de très peu une intoxication mortelle à cause du monoxyde de carbone dégagé par les flammes. Puis de conclure: "d’habitude, j’ai mon fils avec moi. Exceptionnellement, comme j’avais prévu de sortir, il dormait chez ses grands-parents. Imaginez, le drame…".

Mais tout est bien qui finit bien, grâce à la présence d'esprit de Pussy. Son maître quant à lui s'en tire avec une grosse frayeur et un appartement inhabitable pour quelques temps. Il devra ainsi passer les prochaines nuits chez ses parents, avec son chat bien sûr.

 

"D’habitude, j’ai mon fils avec moi. Exceptionnellement, comme j’avais prévu de sortir, il dormait chez ses grands-parents", relativise le miraculé, Emmanuel Boistol, 34 ans (photo d'illustration).


Commentaires

-