Moselle: le résident d'une maison de retraite en tue un autre puis se suicide

Moselle: le résident d'une maison de retraite en tue un autre puis se suicide

Publié le :

Mercredi 16 Janvier 2019 - 07:57

Mise à jour :

Mercredi 16 Janvier 2019 - 07:58
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Un nonagénaire résident d'une maison de retraite de Fameck, en Moselle, a tué un autre des pensionnaires dans la nuit de samedi à dimanche. Le veuf a tué une amie avec l'une des armes qu'il possédait légalement, il a ensuite mis fin à ses jours.

Drame à la maison de retraite. Une surveillante de garde a découvert les corps sans vie de deux résidents d'un EHPAD de Fameck, en Moselle, dans la nuit de samedi 12 à dimanche 13.

Une enquête de gendarmerie a été ouverte et rapidement, les circonstances du drame ont été découvertes.

Il semblerait que ce soit l'un des deux résidents retrouvé mort qui soit à l'origine de ces deux décès.

Le nonagénaire, veuf, était très proche de la seconde victime, elle aussi nonagénaire. Cependant, selon France Bleu Lorraine, le premier pouvait se montrer très jaloux vis-à-vis de son amie.

A voir aussi: Ils refusent de payer la maison de retraite de leur père... qui a tué leur mère sous leurs yeux

L'homme, qui avait l'autorisation de quitter la résidence quand bon lui semblait en aurait profité pour retourner dans sa maison de Fameck et y prendre l'une des quatre armes dont il était légalement le propriétaire.

Il serait ensuite retourné dans l'EHPAD du Clos Fleury, face à la mairie de Fameck, pour y tuer son amie dans la nuit. Peu après, il a retourné l'arme contre lui et s'est donné la mort. Les corps inanimés ont finalement été découverts par une surveillante vers 1h du matin.

Une cellule psychologique a été ouverte au sein de la maison de retraite. Les résidents ou les soignants, tous très choqués par le drame qui s'est joué, sont invités à s'y rendre pour s'exprimer.

A lire aussi:

Morte de froid à 95 ans, la chaudière de la maison de retraite était en panne

L'entrée en maison de retraite, une "double peine" pour la majorité des Français

Alfortville: à 76 ans, elle est interpellée avec un pistolet dans sa maison de retraite

Un nonagénaire a tué son amie au sein d'une maison de retraite en Moselle avant de se suicider.


Commentaires

-