Mystérieuse épidémie dans l'usine de patates de Clarebout: la légionellose suspectée

Mystérieuse épidémie dans l'usine de patates de Clarebout: la légionellose suspectée

Publié le :

Jeudi 03 Août 2017 - 10:56

Mise à jour :

Jeudi 03 Août 2017 - 11:15
© FRANCOIS NASCIMBENI / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Plus de 70 employés de l'usine belge de pommes de terre du groupe Clarebout Potatoes sont tombés malades depuis le 27 juillet et en ignorent toujours la cause ce jeudi. Des analyses sont en cours mais il pourrait s'agir de la légionellose.

Un mystérieux mal a frappé les salariés d’une usine du groupe Clarebout Potatoes située à Neuve-Eglise, ville frontalière de Belgique. Cela a débuté jeudi 27 juillet avec quelques cas seulement. Mais au fil des jours, ce sont une trentaine puis plus de 70 employés, dont beaucoup de Français, qui ont été hospitalisés pour des maux de têtes, fièvres, courbatures et symptômes respiratoires.

Une semaine après le début de cette curieuse épidémie, le mystère reste entier face au mutisme de la direction l'entreprise, qui avait d'abord évoqué une épidémie de grippe, et surtout dans l'attente des résultats de l'enquête menée par les autorités sanitaires belges. Mardi 1er, il n'étaient plus que cinq a être encore hospitalisés dont quatre sur le point de sortir selon La Voix du Nord.

Mais la situation inquiète forcément les salariés de l'entreprise qui ne savent toujours pas à quoi ils ont été exposés. Le quotidien régional évoque ainsi le cas d'un ouvrier qui, anonymement, déclare avoir subi 28 prises de sang et s'être vu prescrits 11 jours d'arrêt maladie, mais sans savoir pourquoi. L'Agence régionale de Santé s'est penchée sur l'affaire mais elle n'est pas compétente pour agir outre-Quiévrain. Elle se veut cependant rassurante quant à la dangerosité des symptômes.

En attendant les conclusions de l'enquête belge, les salariés en sont réduits aux conjectures. Certains notent la proximité temporelle entre l'apparition des premiers cas et le nettoyage à grande eau des lignes de production. Nombre d'employés auraient ainsi respiré de la vapeur d'eau.

Or, il s'agit là d'un vecteur d'infection par les légionelles, ces bactéries responsables de la légionellose et qui affectionnent les tours de refroidissement, climatiseurs, jacuzzi ou canalisations d’eau chaude. Les symptômes que provoque cette maladie (fièvre, douleurs, infection pulmonaire, nausées) sont en effet comparables à ceux qu'on connu les salariés de Clarebout. Les analyses devront confirmer ou infirmer cette hypothèse. Mais bien que potentiellement mortelle, cette infection se soigne dans 91% des cas, a fortiori si le malade n'est pas particulièrement fragile.

Les autorités belges enquêtent pour découvrir l'origine de l'épidémie.


Commentaires

-