Nantes: elle le prend en stop, il la viole sous l'effet de l'alcool et de la cocaïne

Nantes: elle le prend en stop, il la viole sous l'effet de l'alcool et de la cocaïne

Publié le :

Vendredi 23 Mars 2018 - 08:48

Mise à jour :

Vendredi 23 Mars 2018 - 08:48
En février, une jeune femme a été victime de violences sexuelles après avoir pris en homme en stop qui l'a agressée une fois arrivé à destination. L'individu s'est rendu à la police et a été placé en détention.
©Gérard Julien/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Les faits sont particulièrement sordides et après un mois d'enquête l'auteur présumé s'est rendu à la police. Un homme a été mis en examen et placé en détention provisoire après avoir reconnu devant les policiers avoir violemment imposé une fellation à une jeune femme qui avait eu le tort de le prendre en stop, comme le rapporte le magazine Le Nouveau détective.

Le drame remonte au 21 février et se déroule à Nantes, en Loire-Atlantique. Ce jour-là, la victime se rend à son travail à bord de son véhicule quand elle aperçoit sur le côté de la route deux jeunes visiblement en panne. Elle accepte alors de les faire monter dans son véhicule pour les déposer à proximité d'un arrêt de bus.

Une fois à destination, sur le parc-relais des Bourdonnières, l'un des deux jeunes descend et s'éloigne comme convenu. Mais le second, lui, ne l'entend pas de cette oreille. Il refuse de quitter les lieux et celle dont il va faire sa victime. La jeune femme sortira de la voiture, mais son bourreau l'aurait rattrapée, frappée et ramenée par les cheveux dans la voiture. C'est de nouveau dans l'habitacle qu'il aurait forcé la malheureuse à céder à une fellation. Un geste considéré comme un viol dans le code pénal français, au même titre que toute pénétration sexuelle. La victime s'est vue notifier 16 jours d'ITT.

Voir aussi: Fresnes: Hedy Drid, le "violeur de baby-sitters" se donne la mort en prison

Un mois d'enquête de police n'ont pas permis visiblement d'identifier le pervers qui s'est finalement rendu en début de semaine. Il a expliqué ne pas se souvenir vraiment de son geste étant, au moment des faits, sous l'emprise de l'alcool et de la cocaïne. A l'issue de sa garde à vue, il a été placé en détention mercredi 21.

L'agresseur avait été pris en auto-stop.


Commentaires

-