Nantes: ivres, ils font le pari d'aller fumer une cigarette sur le toit de la maison d'Ayrault et finissent en garde à vue

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Nantes: ivres, ils font le pari d'aller fumer une cigarette sur le toit de la maison d'Ayrault et finissent en garde à vue

Publié le 19/03/2017 à 14:28 - Mise à jour à 14:30
©Charles Platiau/Reuters
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un couple d'une trentaine d'années, passablement éméché après avoir fêté la Saint-Patrick samedi vers 4h, se lance un défi de fin de soirée. Il s'agissait de fumer une cigarette sur le toit de la maison de Jean-Marc Ayrault à Nantes.

Pour un pari alcoolisé un peu stupide ils finissent devant les tribunaux. Un couple de 31 et 32 ans s'est lancé le défi, samedi, vers 4h du matin, de fumer une cigarette sur le toit de la maison de Jean-Marc Ayrault, dans le quartier de Canclaux à Nantes, rapporte Ouest France. Particulièrement alcoolisé, ils venaient de fêter, dignement semble-t-il, la St Patrick

Toutefois leur petite escapade a pris un tour malheureux pour les parieurs quand l'alarme anti-intrusion de la demeure du ministre des Affaires étrangères s'est déclenché alors qu'ils grimpaient e toit pentu qui couvre la partie la plus basse de la maison, laquelle donne sur la rue. Les forces de l'ordre n'ont pas tardé à mettre la main sur les deux individus et les ont interpellé sans difficulté soumis à un test d'alcoolémie, le couple présentait un gramme d'alcool dans le sang.

En garde à vue, ils ont reconnu connaître l’identité du propriétaire des lieux mais ne pas avoir de message particulier à passer à l’ancien maire de Nantes. Selon Presse Océan, ils seront convoqués au tribunal correctionnel en mai pour intrusion et dégradations. Ils auraient "abîmé une échelle en cherchant à monter sur le toit".

En janvier 2015, quatre militants bretons du mouvement "Bonnets rouges" ont été condamnés ce mardi à un mois de prison avec sursis après le jet de farine et d'œufs sur cette même maison de Jean-Marc Ayrault. Les quatre hommes, ainsi que deux autres militants, avaient également écopé d'amendes, allant de 250 à 500 euros, pour des dégradations légères commises sur le domicile du député nantais et ex-Premier ministre.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


PARTAGER CET ARTICLE :


En garde à vue, ils ont reconnu connaître l’identité du propriétaire des lieux mais ne pas avoir de message particulier à passer à l’ancien maire de Nantes.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-