Nice: un policier soupçonné d'avoir fait passer des migrants à la frontière en échange d'argent

Nice: un policier soupçonné d'avoir fait passer des migrants à la frontière en échange d'argent

Publié le :

Lundi 03 Juillet 2017 - 17:04

Mise à jour :

Lundi 03 Juillet 2017 - 17:30
© ANDREAS SOLARO / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Soupçonné d'avoir fait payer des migrants pour leur faire passer la frontière franco-italienne, un policier de la direction départementale de la sécurité publique des Alpes-Maritimes doit être jugé ce lundi en comparution immédiate. Il demandait 250 euros par passage et par personne.

Il devra répondre de ses actes devant la justice. Soupçonné d'avoir fait payer des migrants pour leur faire passer la frontière franco-italienne, un policier de la direction départementale de la sécurité publique des Alpes-Maritimes doit être jugé ce lundi 3 en comparution immédiate. Selon le procureur de la République de Nice, Jean-Michel Prêtre, "il demandait 250 euros par passage, par personne" et aurait commencé cette activité au début du mois de mai. C'est dans la nuit de vendredi 30 juin à samedi 1er juillet qu'il a été interpellé sur l'autoroute au péage de La Turbie.

Pour rappel, l'Italie a reçu depuis le début de l'année quelque 83.000 migrants, soit 19% de plus qu'au cours des six premiers mois de 2016. Au 29 juin, 7.354 personnes avaient été relocalisées depuis l'Italie, dont 2.947 en Allemagne et 330 en France, selon la Commission européenne.

Face à ces arrivées constantes, le pays a d'ailleurs appelé les Européens à ouvrir leurs ports aux bateaux secourant les migrants pour alléger la pression sur Rome. Mais cette annonce n'a pas très bien été accueillie, notamment du côté du député des Alpes-Maritimes Eric Ciotti (LR). Il a jugé dimanche que la demande italienne était "une très mauvaise idée", estimant qu'il fallait que les bateaux "retournent vers les ports d'origine".

Malgré tout, des solutions tentent d'être apportées. Pour aider l'Italie face aux arrivées en Méditerranée, les ministres de l'Intérieur italien, français et allemand ainsi que le commissaire européen aux migrations se sont retrouvés dimanche à Paris. L'objectif: apporter un soutien accru à l'Italie mais aussi contribuer à endiguer le flux migratoire. Un plan sera soumis aux 28 Etats membres de l'UE lors d'une réunion jeudi à Tallinn (Estonie).

Le policier demandait 250 euros par passage et par personne.


Commentaires

-