Deux hommes condamnés à 4 ans ferme pour un agression ultra-violente

Deux hommes condamnés à 4 ans ferme pour un agression ultra-violente

Publié le 02/02/2018 à 13:31 - Mise à jour à 13:41
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

A Nîmes, le tribunal de grande instance a condamné deux hommes à cinq ans de prison dont un avec sursis mardi pour avoir violemment agressé un jeune homme pour un motif futile. Ils avaient également menacé un pompier qui tentait de porter secours à la victime.

La violence de l'agression n'a d'égal que la futilité de son motif. Deux hommes comparaissaient mardi 30 devant le tribunal de Nîmes dans le Gard, pour avoir passé à tabac un automobiliste avec qui ils avaient eu un léger accrochage verbal le 13 décembre dernier. Ils étaient poursuivis pour "violences aggravées par deux circonstances".

Les faits se sont déroulés dans l'après-midi. Un jeune homme de 26 ans qui rentrait de son travail se fait griller la priorité par un véhicule qui roule très vite. Passablement énervé, il fait remarquer au conducteur de la voiture incriminée son comportement. L'affaire aurait pu en rester là.

Toutefois, le chauffard prend alors en chasse sa victime jusqu’à son domicile. Avec le passager, qui est surveillant dans un collège, ils vont alors l'agresser avec une violence inouïe: "Coups de poings, coups de pieds à la tête au sol, coups de barre de fer", rapporte le Nouveau Détective.

Lire aussi - Montreuil: "trente à quarante" individus tabassent à mort un homme de 30 ans

La victime ne doit son salut qu'à l'intervention courageuse d'un pompier, qui vendait des calendriers, qui a tenté de raisonner les agresseurs. "J'entendais hurler. Je me suis approché et j'ai vu un homme qui criait de douleur. Il y avait deux agresseurs. Un a pointé son arme sur moi. Je voulais juste porter secours à un homme blessé. Je disais aux deux hommes, +mais laissez-le tranquille il va mourir+", a-t-il témoigné à la barre comme le souligne Objectif Gard.

Et d'ajouter: "C'est la première fois de ma vie que j'ai eu peur de mourir. Depuis j'ai l'impression d'être mort, un mort-vivant. C'est la première fois que je voyais autant de violence. J'avais face à moi des animaux enragés, incontrôlables". Pourtant expérimenté, le soldat du feu est toujours sous le choc de ce qu'il a vu ce jour-là et est en arrêt maladie. Il a notamment été menacé avec une arme de poing. Le jeune homme agressé s’en est finalement sorti de justesse avec une main broyée, plusieurs fractures importantes et 45 jours d’ITT. 

"Il s'agit d'une violence gratuite, disproportionnée. On humilie, on détruit, on ne supporte pas un regard dans la rue, on n'admet pas qu'un conducteur dise que vous venez de faire une faute de conduite. Et on poursuit un homme, on le retrouve, on le frappe, on pointe une arme", a tonné l'avocat des parties civiles.

Les deux prévenus ont été reconnus coupable et ont été condamnés à cinq ans de prison, dont quatre fermes, avec mandat de dépôt.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


PARTAGER CET ARTICLE :


Un pompier qui est intervenu pour faire cesser l'agression est toujours traumatisé.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-