Nîmes: le bébé de 4 mois souffre de malaises à répétition, il est positif à la cocaïne

Nîmes: le bébé de 4 mois souffre de malaises à répétition, il est positif à la cocaïne

Publié le :

Vendredi 06 Octobre 2017 - 07:08

Mise à jour :

Vendredi 06 Octobre 2017 - 07:09
Le quotidien "Midi Libre" rapporte jeudi une affaire étrange à Nîmes: des médecins ont découvert de la cocaïne dans l'organisme d'un nourrisson souffrant de malaises à répétition. Les parents ont reconnu être des consommateurs, mais le mode de contamination de leur enfant n'est pas encore défini avec certitude.
©John Vizcaino/Reuters
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Comment le produit stupéfiant a-t-il pu se retrouver dans l'organisme du bébé? C'est ce que les enquêteurs vont devoir découvrir. Le journal Midi Libre dévoile en effet jeudi 5 cette histoire étrange: des médecins de l'hôpital de Nîmes, chargés de diagnostiquer un bébé ayant fait plusieurs malaises ont décidé d'effectuer une prise de sang sur leur jeune patient. Et les résultats de l'analyse ont laissé l'équipe médicale pantoise: le nourrisson de quatre moins était positif à la cocaïne.

Et il n'y a guère de doute que c'est bel et bien la drogue dure qui est à l'origine des problèmes de l'enfant. Pris en charge, et donc "sevré", sa condition physique s'est améliorée et il est maintenant hors de danger.

Les parents de l'enfant ont été placés en garde à vue la semaine dernière. Interrogés, ils ont reconnu être des consommateurs de la poudre stupéfiante. Il y a donc bien la confirmation que de la drogue était présente au domicile du bébé. Reste à savoir malgré tout comment le nourrisson s'est retrouvé à inhaler ou ingérer cette cocaïne.

Un tel cas, évidemment rare, n'est cependant pas une première. En 2016, une fillette de dix mois avait également été dépistée positive à la cocaïne. C'est son père, consommateur de drogue, qui l'avait accidentellement contaminée en faisant tomber de la drogue par mégarde sur le sol. Ironie du sort, les faits s'étaient eux aussi produits à Nîmes.

Une prise excessive de cocaïne, avec un seuil très variable selon les individus, peut provoquer la mort par accident vasculaire cérébrale ou trouble du rythme cardiaque.

Les parents du nourrisson ont admis être des consommateurs.


Commentaires

-