Nîmes: une fillette brûlée après s'être adossée à une statue aspergée d'acide, les anti-corrida soupçonnés

La famille porte plainte

Nîmes: une fillette brûlée après s'être adossée à une statue aspergée d'acide, les anti-corrida soupçonnés

Publié le :

Dimanche 07 Mai 2017 - 11:47

Mise à jour :

Dimanche 07 Mai 2017 - 11:57
Installée devant les arènes de Nîmes, la statue de Nimeño II a été aspergée d'acide. Une fillette qui s'est adossée dessus a été brûlée au niveau des jambes et des pieds. Afin d'identifier les coupables de cet acte de vandalisme, les images de vidéosurveillance sont en train d'être analysées.
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

La journée touristique a viré au cauchemar. Alors qu'elle voulait prendre une photo des arènes de Nîmes, fin du mois d'avril, une fillette a été brûlée après s'être adossée à la statue du torero Nîmeño II, visiblement aspergée d'acide. Touchée aux jambes et aux pieds, la jeune fille a rapidement été prise en charge par les urgences du CHU de la ville.

Suite à quoi, les parents de la fillette ont décidé de porter plainte, tout comme la ville et la créatrice de l'œuvre (Serena Carone) pour dégradation. Une enquête a été ouverte et devrait permettre d'identifier les coupables dans les jours et les semaines à venir. Pour cela, la police municipale analyse actuellement les images de vidéosurveillance. Mais pour le moment, les soupçons se porteraient sur des personnes anti-corrida. Pour celles et ceux qui l'ignorent, la statue représente le matador Christian Montcouquiol, décédé en 1991.

Mais le comité anti-corrida Crac-Europe a rapidement tenu à réagir au micro de France Bleu Gard-Lozère condamnant "totalement et sans ambiguïté cet acte". Il a toutefois expliqué que "quelques litres d'acide sur une statue ne sont rien comparés à la souffrance animale".

Cet acte de vandalisme a été commis alors que se déroulaient les Grand Jeux Romains, le plus grand spectacle de reconstitution antique du monde. Cette année, ils ont attiré 32.000 spectateurs dans les arènes et les préparatifs pour l'édition de l'année prochaine sont d'ores et déjà à l'étude. "L’an prochain, place à Spartacus. Nous avons déjà retenu les dates des 28 et 29 avril, et il y aura beaucoup d’actualités, avec l’ouverture du musée de la Romanité et peut être le label Unesco. ça devrait être encore un grand moment", a expliqué à Midi Libre Michaël Couzigou, directeur de Culturespaces et organisateur de l'évènement.  

La petite fille, qui s'est adossée à la statue, a été touchée aux jambes et aux pieds.

Commentaires

-