Niort: séquestrée par un supérieur, une salariée handicapée de Conforama porte plainte

Soutien de la CGT

Niort: séquestrée par un supérieur, une salariée handicapée de Conforama porte plainte

Publié le :

Lundi 13 Mars 2017 - 17:27

Mise à jour :

Lundi 13 Mars 2017 - 17:33
Nadine, une salariée en situation de handicap travaillant pour le Conforama de Niort depuis dix ans, a décidé de porter plainte après avoir été séquestrée par un de ses supérieurs. La CGT lui a apporté son soutien vendredi, en organisation une manifestation.
©Capture d'écran Google Street View
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

"L'indifférence, voire le mépris envers sa situation de handicap est juste insoutenable". La CGT a apporté vendredi 10 son soutien à une salariée handicapée du Conforama de Niort, qui a été retenue de force dans un local du magasin par un de ses supérieurs, fin février, selon une information de La Nouvelle République.

Nadine travaille depuis dix ans pour cette enseigne mais n'était pas en situation de handicap lorsqu'elle a été engagée. Elle avait donc pu bénéficier d'un aménagement de poste. Mais lorsqu'une nouvelle équipe dirigeante est arrivée en 2015, "tout a été remis en cause" a-t-elle confié à La Nouvelle République. A tel point qu'elle a du faire venir à deux reprises l'inspection du travail pour que celle-ci mette en place une injonction et que l'aménagement de poste soit de nouveau actif.

Mais ses conditions de travail se sont récemment à nouveau dégradées. Pour récolter des preuves, Nadine consignait tout un carnet personnel, qu'un supérieur a voulu lui prendre, en l'enfermant de force "dans un local exigu" le 25 février dernier, avant de la relâcher "vingt minutes après environ".

Mais choquée, la salariée de Conforama avait même fait une crise d'épilepsie et avait été hospitalisée plusieurs jours, avant de finalement décider d'aller porter plainte.

Pour la soutenir, la CGT a organisé une manifestation qui se tiendra mercredi 15, à 9h30, devant le magasin. Des salariés de Conforama travaillant sur Paris et Bordeaux auraient décidé de se joindre au mouvement.

 

Le directeur du magasin s'est refusé à tout commentaire.

Commentaires

-