Niort: violée six fois sous les yeux de son petit-ami qui n'a rien pu faire

Niort: violée six fois sous les yeux de son petit-ami qui n'a rien pu faire

Publié le :

Vendredi 16 Novembre 2018 - 06:52

Mise à jour :

Vendredi 16 Novembre 2018 - 06:54
La cour d'assises des Deux-Sèvres juge depuis mercredi deux hommes pour avoir agressé un couple en 2015. La jeune femme avait été violée à six reprises par un des agresseurs devant son petit-ami.
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

L'affaire qui avait eu lieu en 2015 avait beaucoup ému à Niort. Un couple de jeunes gens avait été violemment agressé par deux hommes qui avait passé à tabac le jeune homme avant d'extorquer de l'argent à la jeune femme et de la violer à plusieurs reprises. Jean-Marc Finkoual et de Fakhrdin Mohamadi Chibaco sont jugés depuis mercredi 14 par la cour d'assises des Deux-Sèvres. Les deux accusées encourent de 15 à 20 ans de prison.

Comme le rappelle La Nouvelle République, les faits avaient eu lieu dans la nuit du jeudi 1er au vendredi 2 octobre 2015. Les deux accusés avaient déjà eu des mots avec le couple au sein d'un établissement de nuit mais les videurs étaient intervenus. Ce n'est que vers 4h du matin, alors que les victimes rentrent chez elle que les prévenus les agressent violemment. Le jeune homme va être très violemment frappé par les deux agresseurs sur le court trajet qui les amènent au sas d'une banque où le couple est traîné. Il a la tête en sang et gît KO sur le sol.

Lire aussi - Niort: une étudiante violée sous les yeux de son petit-ami

Jean-Marc Finkoual et de Fakhrdin Mohamadi Chibaco vont alors exiger de la jeune fille qu'elle retire de l'argent, 450 euros au total. Les prévenus vont alors faire traverser la route à leurs victimes. Fakhrdin Mohamadi Chibaco s'en va un peu plus loin alors Jean-Marc Finkoual va violer à six reprises la jeune femme sous les yeux de son ami, tétanisé par la peur.

"Finkoual, par son assurance, a une emprise psychologique sur lui, il le domine physiquement. Guillaume a peur du fait que, s’il tente la moindre chose, s’il ne parvient pas à prendre le dessus ou s’il s’enfuit, elle subisse des violences. Quand je l'ai auditionné, il est marqué par le fait de ne pas avoir pu la défendre", a  expliqué au procès un enquêteur de la police judiciaire.

Jeudi 15, la victime, qui a depuis obtenu un diplôme d'infirmière au courage, a livré un témoignage d'une rare dignité. "Je pleurais mais je ne le ressentais pas, je ne voulais pas qu'il gagne", a-t-elle expliqué.

Jean-Marc Finkoual a expliqué avoir agi sous l'emprise d'une "pulsion" et a dit "regretter" les "actes ignobles" dont il s'est rendu coupable. Il a assuré avoir changé depuis.

Le verdict est attendu ce vendredi 16.

Voir:

Un père pédophile incarcéré recrute un inconnu pour violer sa fille

Il attire une fillette de 3 ans avec du chocolat, la viole et la bat à mort

Nièvre: parents et amis accusés de violer leurs enfants, une affaire "hors normes"

Le procès de deux hommes poursuivit pour une agression et un viol d'une rare violence s'est ouvert à Niort mercredi.


Commentaires

-