Nord: un enfant de 5 ans succombe à une méningite foudroyante

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Nord: un enfant de 5 ans succombe à une méningite foudroyante

Publié le 13/06/2018 à 16:08 - Mise à jour à 17:34
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Un enfant de cinq ans est mort dans la nuit de lundi à mardi à Boulogne-sur-Mer (Nord) des suites d'une méningite foudroyante. Par précaution, les élèves de son école doivent bénéficier d'un traitement préventif. L'établissement a cependant pu rester ouverte.

Un nouveau cas de méningite foudroyante et fatale est à déplorer depuis la nuit de mardi 11 à mercredi 12. La maladie a cette fois frappé un enfant de cinq ans, scolarisé en grande section de maternelle à Boulogne-sur-Mer.

Des mesures sanitaires de prévention ont été mises en place mais les autorités se veulent rassurantes. "La bactérie méningocoque ne résiste pas à l’air ambiant", a rappelé l'Agence régionale de santé. La maladie se transmet par contacts prolongés et répétés de personne à personne. Il n'y aurait donc qu'un faible risque pour les enfants ayant côtoyé la petite victime.

Par précaution, les élèves scolarisés dans la même classe vont bénéficier d'un traitement préventif. Mais aucune mesure de désinfection de l'école n'a donc été prévue.

Début mai déjà, un étudiant de 23 ans est mort d'une méningite foudroyante à Palavas-les-Flots dans l'Hérault. Fin mars, c'était une adolescente de 16 ans qui avait succombé dans la Drôme.

"La méningite est une infection des enveloppes entourant le cerveau : les méninges ; elle peut être provoquée par des virus, des bactéries ou des champignons. Alors que les méningites d’origines virales sont généralement bénignes, les méningites bactériennes, en particulier lorsqu’elles sont liées au méningocoque peuvent être responsables d’une septicémie", rappelle le ministère de la Santé sur son site.

"Une fièvre élevée mal tolérée et/ou des taches rouges ou violacées (purpura), un état de choc non expliqué sont les signes qui peuvent notamment laisser suspecter une infection invasive à méningocoque. Au moindre doute, il faut contacter en urgence le 15 ou le médecin traitant", précise-t-il.

 

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


PARTAGER CET ARTICLE :


Les élèves de l'école seront traités préventivement contre la méningite.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-