Norvège: plus de 150 agressions sexuelles commises dans un village de 2.000 habitants

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 30 novembre 2017 - 17:40
Image
Des enfants jouent le 27 novembre 2017 devant le centre Arran d'activité sami dans le village de Dra
Crédits
© Tore MEEK / NTB scanpix/AFP
Plus de 80 victimes des 150 agressions sexuelles ont été identifiés en Norvège.
© Tore MEEK / NTB scanpix/AFP
Une petite commune de Laponie norvégienne a été secouée mardi par un grand déballage sur des agressions sexuelles massives exhumées grâce aux témoignages de victimes. Plus de 150 agressions sexuelles, dont 43 viols, ont été commises dans ce village de 2.000 habitants.

L'affaire fait grand bruit en Norvège. La police du royaume a mis à jour 150 cas d'agressions sexuelles, dont certaines ont été commises sur de très jeunes enfants, recensées dans le village de Tysfjord, 2.000 habitants, situé au-dessus du cercle polaire arctique, soit en Laponie.

L'ampleur des révélations, qui concernent tout de même 43 viols, révèle le fossé entre la société norvégienne et les Samis, peuple indigène auquel appartiennent la plupart des victimes et des agresseurs.

Les enquêteurs ont identifié 82 victimes, âgées de 4 à 75 ans, et 92 suspects, dont trois femmes, certains tombant dans les deux catégories. Une grosse centaine d'entre elles ont été classées, le plus souvent pour cause de prescription, certains faits remontant à 1953.

Environ 70% des victimes appartenaient à la communauté samis et un bon nombre étaient aussi membres du laestadianisme, une branche conservatrice du protestantisme qui a vu le jour au XIXe siècle dans cette contrée reculée du Grand Nord.

Ce gigantesque scandale a été mis au jour après l'ouverture d'une enquête suite à la publication en juin 2016 dans le journal Verdens Gang de témoignages de 11 femmes et hommes disant avoir été sexuellement agressés.

Si la police exclut pour "l'instant que l’appartenance ethnique ou que les croyances religieuses en soi puissent expliquer les agressions qui ont eu lieu", elle souligne toutefois que des "mécanismes" inhérents à ces milieux "ont fait que les choses sont difficilement remontées à la surface".

Les forces de l'ordre se sont d'ailleurs excusées de ne pas avoir menées d'enquêtes approfondies après le dépôt de plusieurs plaintes pour des faits similaires. Deux personnes ont à ce jour été inculpées, devant répondre de dix chefs d'accusation, toujours selon la police qui a précisé que d'autres mises en examen pourraient suivre.

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.