Opération de l'appendicite: deux médecins mis en examen après la mort d'un enfant

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Opération de l'appendicite: deux médecins mis en examen après la mort d'un enfant

Publié le 31/08/2016 à 10:48 - Mise à jour à 12:55
©Capture d'écran TF1
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Deux médecins ont été mis en examen pour homicide involontaire suite à la mort de Corentin, décédé à l'automne 2014 lors d'une opération ratée de l'appendicite. Lors de l'intervention, l'aorte abdominale du jeune garçon avait été touchée, provoquant une hémorragie interne.

Deux ans après la mort de Corentin, un jeune garçon de 11 ans décédé à la suite d'une opération de l'appendicite, deux chirurgiens ont été mis en examen pour homicide involontaire. Les faits remontent à l'automne 2014. Le 31 octobre, le jeune homme est admis à la clinique Claude-Bernard de Metz (Moselle) pour des douleurs au ventre, diagnostiquées comme une appendicite. Mais son opération, prévue le lendemain, vire au drame.

Elle se complique lors de la pose d'un tube utilisé pour des cœlioscopies, une technique chirurgicale qui permet d'opérer à l'intérieur du ventre en ne faisant que des petites incisions. Lors de l'intervention, l'aorte abdominale de Corentin est touchée, provoquant une hémorragie interne. Un deuxième médecin est alors appelé à la rescousse. Mais ce spécialiste de la chirurgie vasculaire touche malencontreusement le foie et plus particulièrement l'artère hépatique, aggravant l'état de santé du garçon. Au total, l'opération dure neuf heures et nécessite la présence de sept praticiens. Seulement voilà: malgré les efforts déployés, le jeune garçon ne survit pas aux complications.

Le docteur "s'est expliqué devant le juge sur les circonstances de son intervention, sur le temps perdu (1h30 à 2h) avant que les anesthésistes fassent le tour des autres diagnostics puis ne détectent la lésion de l'aorte, donc l'hémorragie", a précisé Me Joseph Roth,  l'avocat du premier chirurgien mis en examen mardi. Ce dernier encourt jusqu’à trois ans de prison et 45.000 euros d’amende. Il a également été interdit d'exercer la médecine pendant trois ans, selon une décision de la chambre disciplinaire de l'ordre des médecins de Lorraine en février.

Le second, également mis en examen, a lui aussi été interdit d'exercer pour deux ans dont un avec sursis. Pour son avocat, Me George Lacoeuilhe, tout n'est pas négatif. "Nous somme satisfaits car nous réclamions l'accès au dossier depuis des mois", a-t-il expliqué précisant que "cette mise en examen est l'occasion pour mon client de s'exprimer. C'est une bonne chose".

L'appendicite touche en France une personne sur quinze, surtout parmi les 10/30 ans. Selon un rapport de la DREES (Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques) publié en février 2014, le nombre d'interventions chirurgicales pour une appendicite a été divisé par quatre ces trente dernières années. 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


PARTAGER CET ARTICLE :


Corentin est mort en 2014 à Nancy, des suites d'une opération de l'appendicite.

Annonces immobilières

Newsletter





Commentaires

-