Orne: le défenseur des animaux avait noyé 5 chiens

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 20 février 2019 - 09:29
Image
Une balance de la justice
Crédits
© LOIC VENANCE / AFP
Un homme a été reconnu coupable d'avoir noyé cinq chiens dans l'Orne.
© LOIC VENANCE / AFP

Des bénévoles d'associations de protection animale ont manifesté mardi 19 devant le tribunal d'Argentan alors qu'un jeune homme soupçonné d'avoir noyé cinq chiens y était jugé. Les animaux avaient été retrouvés lestés de parpaing dans les douves du château de Flers. L'individu avait été un temps président d'une association de défense des animaux. 

Ils demandaient "justice pour les animaux". Des défenseurs de la cause animale se sont retrouvés devant le palais de justice d'Argentan, dans l'Orne, mardi 19, où était jugé un jeune homme de 25 ans soupçonné d'avoir noyé cinq chiens, retoruvés en novembre 2017.

Les animaux avaient été décoiuverts lestés de parpaings dans les douves du château de Flers.

"C’est inqualifiable. Ce sont des êtres à part entière, pas des jouets. On ne s’en débarrasse pas comme ça quand on n’en veut plus. J’attends une sanction lourde", a affirmé une militante présente à Argentan mardi à L'Orne combattante.

A voir aussi: Fudji, chien martyr symbole de la lutte contre les actes de cruauté envers les animaux

L'homme de 25 ans a finalement été reconnu coupable de sévices graves et d'actes de cruauté envers un animal et a été condamné à six mois de prison dont trois ferme. Le prévenu avait un profil particulier puisqu'il était propriétaire d'une animalerie et membre d'une association de défense des animaux dont il avait été un temps le président. 

Il ne pourra plus jamais être propriétaire d'un animal. Durant cinq ans, il est interdit d'exercer une activité bénévole ou commerciale avec un animal.

Les bénévoles des associations de protection animale, dont six s'étaient portées partie civile, ont lu un texte appelant les responsables politiques à modifier le loi afin d'alourdir les sanctions prévues dans ce genre d'affaires.

"Les animaux ne sont pas des objets, ils sont plus sensibles que certains êtres humains".

A lire aussi:

Grand débat national: et la cause animale dans tout ça?

Il propose une relation zoophile avec ses 3 chiens à une femme, c'est une policière infiltrée

Moselle: un chien de chasse meurt de pseudo-rage