Orne: un détenu de 22 ans s'est suicidé à la prison d'Argentan

Orne: un détenu de 22 ans s'est suicidé à la prison d'Argentan

Publié le :

Mercredi 08 Août 2018 - 07:39

Mise à jour :

Mercredi 08 Août 2018 - 07:39
Un détenu de la prison d'Argentan (Orne), âgé de 22 ans, s'est suicidé dans la nuit de samedi à dimanche, alors que les syndicats pénitentiaires avaient fait état de tensions depuis des mois au sein de l'établissement.
© DENIS CHARLET / AFP
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Un jeune homme de 22 ans, incarcéré à la prison d'Argentan dans l'Orne, et qui devait être libéré en 2023, s'est suicidé dans la nuit de samedi 4 à dimanche 5, alors que les syndicats pénitentiaires avaient alerté sur les vives tensions qui existaient entre prisonniers depuis plusieurs mois, et les pressions que pouvaient subir les plus faibles.

Le détenu en question n'était pas connu pour être suicidaire mais était incarcéré dans "une unité de vie où il y a de gros problèmes de comportement", a indiqué à Ouest-France Elodie Sylla, responsable du quartier disciplinaire et représentante du syndicat pénitentiaire Force ouvrière.

Selon cette même source, la situation n'a fait que se compliquer ces derniers mois dans la prison d'Argentan: "Ca n’a pas arrêté. C’était incident sur incident. Des bagarres dans tous les coins".

Lire aussi: à Fleury-Mérogis la série noire de suicides se poursuit

Les prisonniers les plus faibles subiraient des pressions énormes de la part des gros bras, qui les auraient menacés pour faire entrer des stupéfiants dans l'établissement pénitentiaire, par le biais des familles, de ceux qui avaient droit à des visites.

"Certains détenus sont prêts à renoncer aux visites de leur famille car ils ont peur. Tous les détenus veulent partir d’Argentan, ou être placés en isolement. Dans le même temps, on récupère de nouveaux détenus toutes les semaines. On ne sait plus où les mettre", a insisté Elodie Sylla, pointant du doigt le manque criant de moyens, tant humains que techniques, pour gérer le "trafic énorme" du centre.

Rien qu'au mois de juillet, les surveillants de cette prison n'auraient pas eu le choix que de cumuler, à eux tous, 4.000 heures supplémentaires, pour contenir la situation. "Des agents renoncent même à des repos. Cela fait des mois qu’on signale la situation", a-t-elle souligné, alors que l'ouverture d'une cellule de crise a été demandée par son syndicat.

Et aussi:

Villepinte: un détenu tentait d'échanger sa place avec son frère

Une infirmière prise en otage pendant quelques heures par un détenu

Evasion par les toits à Colmar: deux détenus en cavale

Un détenu de 22 ans, qui devait être libéré en 2023, s'est suicidé à la prison d'Argentan dans l'Orne.


Commentaires

-