Meurthe-et-Moselle: par "jeu", un lycéen met son doigt dans l'anus d'un camarade, il est condamné

Meurthe-et-Moselle: par "jeu", un lycéen met son doigt dans l'anus d'un camarade, il est condamné

Publié le :

Vendredi 19 Janvier 2018 - 17:33

Mise à jour :

Vendredi 19 Janvier 2018 - 17:49
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un jeune homme de 18 ans a été condamné à 35 heures de travaux d'intérêt général pour violences dans un établissement scolaire. Il avait introduit son doigt dans l'anus d'un camarade.

Il a appris à ses dépends que ce qui semble être un jeu potache peut parfois avoir de graves conséquences. Et pour cause, un lycéen de 18 ans scolarisé à Jarny, en Meurthe-et-Moselle, était jugé mardi 16 en comparution immédiate par le tribunal correctionnel du Val de Briey. Motif? Il avait fait "une olive" à l'un de ses camarades de classe.

Ce "jeu" consiste à mettre un doigt dans l'anus de quelqu'un par dessus ses vêtements alors qu'il ne s'y attend pas. Présentement, la victime du lycéen était en cours de sport et s'était penchée pour ramasser un haltère au moment fatidique, jeudi 11. "Hurlements de douleur de la victime, qui s’est roulée par terre", rapporte Le Républicain lorrain qui révèle l'information. Le lycéen agressé a donc porté plainte pour "agression sexuelle" tandis que son camarade blagueur a été placé en garde à vue pendant 48h avant d'être déféré devant le procureur de la République.

"Bon élève de terminale bac pro, futur étudiant en BTS, le jeune homme a été marqué par son passage en cellule", explique le quotidien qui raconte que le lycéen était au bord des larmes quand il s'est présenté à la barre lors de son procès. "Je ne pensais pas que ça aurait de telles conséquences, c’était de la taquinerie", a-t-il expliqué.

"Mettre son doigt dans l’anus de quelqu’un, c’est un acte sexuel. C’est comme une fellation. Et lorsque cela se produit sans le consentement de la personne, c’est un viol", lui ont fait savoir les magistrats.

Si le jeune homme a été relaxé pour "agression sexuelle", il a néanmoins été "condamné pour violences dans un établissement scolaire" et a écopé "de 35 heures de travail d’intérêt général" suivant les réquisitions du parquet, conclut le Républicain lorrain.

La victime du lycéen était en cours de sport et s'était penchée pour ramasser un haltère.


Commentaires

-