Paris - Attentat des Champs-Elysées: 2 morts dont 1 policiers, piste terroriste confirmée par Hollande [MAJ]

Paris - Attentat des Champs-Elysées: 2 morts dont 1 policiers, piste terroriste confirmée par Hollande [MAJ]

Publié le :

Jeudi 20 Avril 2017 - 21:41

Mise à jour :

Vendredi 21 Avril 2017 - 09:17
©Lewis Joly/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un homme a attaqué la police à "l'arme de guerre", ce jeudi soir sur l'avenue des Champs-Elysées à Paris. Les échanges de coups de feu entre l'assaillant et des policiers ont fait deux morts: un agent et l'auteur de l'attaque. [MAJ à 22h30 puis 23h20] Au vu du déroulé des faits et du mode opératoire, le parquet anti-terroriste a été saisi.François Hollande a confirmé la piste terroriste. [MAJ vendredi matin] Le profil du terroriste se précise: Karim C., quarantenaire, était un "tueur de flics" récidiviste et déjà condamné à 15 ans de prison pour avoir attenté à la vie de plusieurs membres des forces de l'ordre, en 2001. Il était connu des services de renseignement.

Le parquet anti-terroriste a été saisi. Un homme a ouvert le feu sur des policiers à "l'arme de guerre", ce jeudi 20 au soir sur les Champs-Elysées, au niveau du numéro 102 de la célèbre avenue parisienne. Le bilan est lourd: au moins deux morts et des blessés, deux policiers et une passante. Devant le mode opératoire de l'attaquant, qui a pris pour cible directement les forces de l'ordre, le parquet anti-terroriste a été saisi très vite après les faits.

Il était aux alentours de 21h ce jeudi soir lorsque les coups de feu ont retenti. Un homme armé aurait ainsi tiré directement sur un car de policiers qui patrouillaient sur l'avenue. Un policier a été abattu avant que le tireur ne prenne la fuite à pied, continuant à ouvrir le feu sur les forces de l'ordre qui l'avaient pris en chasse. Au moins deux autres agents ont été blessés ainsi qu'une passante. Le tireur a ensuite été touché mortellement par des tirs de riposte.

Certains témoins évoquaient deux assaillants tandis que les autorités parlaient à ce stade, en début de soirée, d'un seul. Les badauds ayant assisté à la scène décrivaient un échange intense de coups de feu, avançant pour certains des tirs en rafale, laissant penser à l'usage d'une arme longue automatique. Pierre-Henry Brandet, porte-parole du ministère de l'Intérieur, a confirmé qu'il s'agirait d'une "arme de guerre" mais refusant d'en préciser "le type et le modèle".

Très vite, d'importants moyens sécuritaires, dont de nombreux camions de CRS et des forces d'intervention, ont été dépêchés sur place et le haut des Champs-Elysées a été entièrement bouclé. Un hélicoptère de la police survolait la zone tandis que le périmètre de sécurité était surveillé très étroitement par des forces de sécurité visiblement très tendues.

De nombreuses personnes ont été confinées dans les immeubles, commerces et bureaux des alentours. Les stations de métro proches ont également été fermées par mesure de sécurité.

La préfecture de police a très vite diffusé un appel à éviter le secteur et demandant de suivre les consignes des forces de l'ordre. Dès 22h, soit à peine une heure après les faits, la section anti-terroriste du parquet de Paris s'est saisie de l'enquête, confirmant qu'il pourrait bien s'agir d'un attentat. Le tireur serait également connu des services de renseignement. "Nous sommes convaincus que les pistes qui peuvent conduire à l'enquête et qui devront révéler toute la vérité sont d'ordre terroriste", a pour sa part annoncé François Hollande qui a pris la parole après une réunion d'urgence, vers 23h20.

Dans la nuit de jeudi à ce vendredi 21, le procureur de Paris François Molins a fait savoir que le tireur avait été identifié tout en refusant de dévoiler son identité pour protéger les investigations en cours. Dans sa revendication, Daech évoque le tireur sous la kunya (nom de guerre) d'Abou Youssef al-Belgiki (le Belge), "un soldat du Califat".

Cependant il s'agirait bien d'un Français, un homme de 39 ans qui se nommerait Karim C., domicilié à Chelles en Seine-et-Marne. Très vite, jeudi sooir, la police a localisé et investi son logement pour une perquisition.

Le suspect était un récidiviste déjà condamné en 2005 à 15 ans de prison pour tentative de meurtre sur un élève policier notamment. Durant sa garde à vue, il avait de nouveau attenté à la vie d'un agent en saisissant son arme avant de lui tirer dessus, le blessant gravement. Connu du renseignement, il était visé par une enquête antiterroriste pour avoir évoqué sa volonté de tuer des policiers. Entendu en février dernier, il avait été relâché faute de preuve.

Selon plusieurs médias, il aurait présenté depuis peu des signes de radicalisation mais ses liens avec Daech restaient flouent au lendemain de l'attaque. Rien n'indique qu'il se soit rendu dans les zones contrôlées par Daech. Le terme "soldat" ou "combattant" utilisé dans la revendication évoque d'ordinaire les personnes agissant au nom du groupe terroriste mais sans relation direct, au contraire de "lion", réservé aux membres pilotés par le califat autoproclamé. En revanche, la rapidité de la revendication et la kunya font penser à un individu connu par la hiérarchie de Daech.

Cette attaque survient trois jours seulement après l'arrestation d'un duo de terroristes ayant prêté allégeance à Daech, mardi à Marseille. Les autorités n'ont ainsi pas caché que l'élection présidentielle dont le premier tour est ce dimanche 23 est placée sous haute tension, avec un niveau de risque très élevé.

Un terroriste "tueur de flic" récidiviste, son profil, le déroulé des faits: les dernières informations disponibles sur l'attentat des Champs-Elysées de jeudi soir en cliquant ici

 

Un policier a été abattu ce jeudi soir avenue des Champs-Elysées de Paris.

Commentaires

-