Paris: ouverture du procès en appel de Yoni Palmier, "le tueur de l'Essonne", pour quatre homicides

Paris: ouverture du procès en appel de Yoni Palmier, "le tueur de l'Essonne", pour quatre homicides

Publié le :

Mardi 14 Mars 2017 - 10:01

Mise à jour :

Mardi 14 Mars 2017 - 10:09
©Capture d'écran France-2
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Yoni Palmier comparait en appel ce mardi pour l’assassinat de quatre personnes entre novembre 2011 et avril 2012 à Juvisy-sur-Orge, Ris-Orangis et Grigny. En première instances, il avait écopé de la réclusion criminelle à perpétuité.

Yoni Palmier, dit le "tueur de l'Essonne" avait été condamné à la prison à perpétuité assorti d'une peine de sureté de 22 ans en avril 2015, pour quatre homicides. Son procès en appel s'ouvre ce mardi 14 à Paris. Lors de son premier procès, il n’a reconnu qu’un seul assassinat, lâchant au président de la cour d’assises d’Evry qui l'interrogeait: "Pour la famille de Nathalie Davids, ne nous prenons pas la tête, considérons que je l'ai fait. Pour le reste, je ne suis pas responsable".  

La série meurtrière dont est accusé Yoni Palmier, commence le 27 novembre 2011 dans un parking souterrain de Juvisy-sur-Orge. Nathalie Davids, une laborantine de 35 ans, est retrouvée morte dans une mare de sang, à proximité de sa voiture. Michel Courtois, son amant, est d'abord soupçonné. Après 48 heures de garde à vue, sous la pression, il avoue le meurtre et est incarcéré.

Mais deux mois plus tard, dans le même parking, on retrouve le corps criblé de balles de Jean-Yves Bonnerue, 51 ans. Plus tard, Marcel Brunetto, 81 ans, meurt d'une balle dans la nuque devant son immeuble. Enfin, une quatrième victime, Nadjia Lahcene, est exécutée à son tour. Michel Courtois a été blanchi et libéré en juin 2012.

Yoni Palmier avançait que ces meurtres sont le fait d'un "groupement" destiné à le venger des injustices et des agressions qu'il a lui-même subies, sans qu'il puisse clairement les décrire. Selon une source policière, ce marginal de 36 ans ne jouissait pas de toutes ses capacités mentales, en témoigneait plusieurs lubies étonnantes: un sauna dans le minuscule appartement qu'il occupait à Ris-Orangis , ou un mini lance-flamme sous la manche de son bras, qu'il tente de se confectionner lui-même...

Lors de son premier procès, il avait brillé par son mutisme et ses déclarations plus qu'étranges. Malgré des troubles obsessionnels compulsifs et une personnalité jugée "trouble", les psychiatres qui l'avaient interrogé sur demande de la justice n'avaient pas relevé de "pathologie mentale" qui exclurait une sanction pénale.

Son procès en appel doit durer jusqu'au 31 mars.

Lors de son premier procès, Yoni Palmier avait brillé par son mutisme et ses déclarations plus qu'étrange.


Commentaires

-