Paris: scalpé et mutilé à la machette dans un restaurant

Paris: scalpé et mutilé à la machette dans un restaurant

Publié le :

Mardi 06 Mars 2018 - 08:45

Mise à jour :

Mardi 06 Mars 2018 - 08:54
© DENIS CHARLET / AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Deux individus ont scalpé aurait coupé un bras et une main à un homme de 35 ans, lundi soir dans un restaurant parisien avant de prendre la fuite. Les enquêteurs semblent s'orienter vers la piste d'un règlement de comptes. La victime et ses agresseurs appartiendraient à la communauté sri lankaise.

La scène qui s'est déroulée lundi 5 dans un restaurant du 10e arrondissement est aussi violente que difficile à imaginer dans une ville comme Paris. Un homme a été violement agressé et atrocement mutilé par deux individus armés. Ceux-ci l'ont scalpé et lui aurait coupé un bras et une main.

Les faits dignes d'un film d'horreur se sont déroulés dans la soirée de lundi, vers 21h30 selon les informations relayées par RTL. La victime se trouvait dans un restaurant de la rue de Cail lorsque les deux individus cagoulés sont entrés. L'un d'entre eux était armé d'un sabre et l'autre d'une machette.

Ils se seraient jetés sur leur victime afin de lui arracher le cuir chevelu et de lui couper un bras ainsi que la main qui lui restait. Toutefois, une source citée par Le Point évoque des membres "largement entaillés" mais pas coupés. Bien que très gravement blessé, l'homme de 35 ans a pu être secouru et pris en charge, mais son pronostic vital restait engagé.

Lire aussi: Paris - les Halles: 5 blessés après une violente bagarre au couteau

L'utilisation des cagoules et le fait qu'aucune autre personne n'aient été visée semble indiquer la préméditation. Les enquêteurs privilégient donc la piste d'un règlement de comptes. Selon les premiers éléments recueillis, la victime comme ses deux bourreaux appartiendraient à la communauté sri lankaise.

Celle-ci avait déjà été éclaboussée en 2011 par une affaire du même type. Un Sri Lankais de 26 ans avait eu les deux mains coupées à La Courneuve et été pratiquement décapité sur fond de tensions avec la communauté tamoule.

En France, les violences ayant entraîné une mutilation sont punissables de 10 ans de prison, 15 si elles sont exercées en raison de l'appartenance à une ethnie ou une religion. La torture et les actes de barbarie sont punis 30 ans de prison lorsqu'ils ont entrainé une infirmité permanente.

L'homme a été scalpé et eu un bras et une main coupés dans ce qui semble être un règlement de comptes.


Commentaires

-