Paris: un couple égorgé, probablement à la disqueuse, retrouvé dans son appartement

Auteur(s)
DD.
Publié le 22 mai 2015 - 14:56
Image
Meuleuse-disqueuse-étincelles
Crédits
©Mark Hunter/Flickr
L'arme ayant permis de perpétrer les faits serait une disqueuse (photo d'illustration).
©Mark Hunter/Flickr
Un couple a été retrouvé égorgé dans son appartement dans le 20e arrondissement de Paris ce vendredi matin. La femme était morte à l'arrivée des secours, l'homme est dans un état critique. Sur les lieux, une disqueuse tournait encore à l'arrivée des secours.

C’est une scène d’horreur à laquelle ont dû être confrontées les forces de police ce vendredi dans le 20e arrondissement de Paris. Alertées par le gardien d’un immeuble qui a donné l’alerte car il aurait été étonné de voir les volets fermés, les autorités ont découvert dans un appartement, dans une mare de sang, une femme morte de multiples blessures tranchantes, et un homme égorgé et blessé au ventre, mais cependant toujours vivant. La femme, âgée d’une trentaine d’années, gisait sur le lit. Elle était enceinte de trois mois, selon les informations révélées par LCI.

L’arme à l’origine de ces blessures, même si cela n’est pas encore une certitude, serait une disqueuse, que les policiers ont trouvé encore train de fonctionner en rentrant dans l’appartement. L’homme a été évacué, et la complexité de son transfert hors de son logement situé au deuxième étage laisse penser qu’il est dans un état critique.

L’enquête qui vient de débuter n’exclut aucune piste, et les autorités n'ont pas communiqué pour l’instant sur des détails précis. Tout juste sait-on que le couple avait déjà fait parler de lui pour des questions de violences conjugales dans le passé, et que la configuration de la scène laisse présager d’un homicide suivi d’une tentative de suicide.

Cité par BFMTV, Luc Poignant, membre du syndicat Unité SGP Police, laisse en effet deviner ce scénario: "Il semblerait que ce soit peut-être lui qui aurait mis fin aux jours de sa compagne. Il aurait tenté de mettre fin à ses jours après l'acte qu'il aurait commis".

 

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don