Paris: une nourrice incarcérée suite à la mort d'un bébé dans une crèche

Paris: une nourrice incarcérée suite à la mort d'un bébé dans une crèche

Publié le :

Mardi 21 Avril 2015 - 10:31

Mise à jour :

Mardi 21 Avril 2015 - 10:43
©Gelebart/20Minutes/Sipa
PARTAGER :
-A +A

Une nourrice d'une crèche parisienne a été incarcérée à la suite de la mort d'un bébé dont elle avait la charge. Le nourrisson aurait été violemment secoué.

Une auxiliaire de puériculture qui travaillait dans une crèche du Ve arrondissement de Paris a été placée en garde à vue le mois dernier, mardi 16 mars, révèle ce mardi le journal Le Parisien. La nourrice, âgée de 38 ans, a depuis été incarcérée à la prison de Fleury-Mérogis (Essonne) pour violences volontaires sur mineur de 15 ans.

Elle est soupçonnée d'avoir violemment secoué un nourrisson de 5 mois dont elle avait la garde le mardi 10 mars. Suite à ce traitement, le bébé a fait un malaise et a été transféré aux urgences de l'hôpital Necker à Paris où il est mort deux jours plus tard des suites d'un arrêt cardiaque. Les médecins auraient relevé un traumatisme crânien ainsi que de graves lésions cérébrales.

L'incident mettant en cause l'auxiliaire de puériculture s'est déroulé à la crèche municipale Lacépède du Ve arrondissement. Un établissement dans lequel elle était employée depuis huit ans et où elle n'avait jamais rencontré le moindre problème.

Selon les informations du Parisien, elle a expliqué aux policiers qu’"elle était en train de donner un biberon à cet enfant" mais que "ce bébé, pour une raison inexpliquée, lui a échappé des mains". Parvenant à le rattraper in extremis le bébé, le choc aurait été néanmoins violent et le bébé aurait eu le souffle coupé. Voyant que l'enfant perdait conscience, la nounou l'aurait "secoué énergiquement" avant de le mettre au lit.

La mairie de Paris a expliqué qu'une l'enquête administrative avait été déclenchée après la découverte des faits et que celle-ci était toujours en cours. 

 

 

Un nourrisson est mort aux urgences de l'hôpital Necker suite à des violences.


Commentaires

-