Pas-de-Calais: un détenu mineur met le feu à sa cellule, l'évacuation dégénère en mutinerie

Pas-de-Calais: un détenu mineur met le feu à sa cellule, l'évacuation dégénère en mutinerie

Publié le :

Jeudi 12 Janvier 2017 - 07:42

Mise à jour :

Jeudi 12 Janvier 2017 - 07:44
La réaction en chaîne a été d'une violence peu commune: un mineur qui a mis le feu à cellule à la prison de Longuenesse dans la nuit de mardi à mercredi –et s'est gravement brûlé au passage– a indirectement provoqué une mutinerie qui a blessé plusieurs surveillants.
©Sakeeb Sabakka/Flickr
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Il a frôlé la mort derrière les barreaux: un détenu mineur a été gravement brûlé, mais a survécu, dans la nuit de mardi 10 à mercredi 11 après avoir mis le feu à sa cellule de la prison de Longuenesse, dans le Pas-de-Calais, à côté de Saint-Omer.

C’est vers 1h du matin que l’incendie s’est déclenché. Tentative de suicide, accident ou volonté de provoquer l’administration pénitentiaire, les faits ne sont pas encore établis avec certitude. Toujours est-il que l’adolescent a été lui-même atteint par les flammes avant que les surveillants interviennent pour lui sauver la vie. Il est brûlé à plus de 50% au second degré.

Mais l’agitation provoquée par l’intervention, et le transfert de 13 détenus dans une autre aile de la prison a déclenché… une mutinerie. Selon une information de La Voix du Nord en effet, les individus en question ont commencé à détruire tout ce qu’il trouvait sur leur passage. "Ça a dégénéré. Ils ont cassé des fenêtres et tout saccagé", rapporte une source syndicale. "C’était très brutal, j’ai eu des surveillants au téléphone qui m’ont dit qu’ils n’avaient jamais vécu ça".  Des heurts qui blesseront deux surveillants chargés de les escorter loin des flammes, et qui nécessiteront des renforts de police pour ramener le calme dans l'enceinte de la prison.

Quatre meneurs ont été identifié et placés en quartier disciplinaire. Deux enquêtes ont été ouvertes par le parquet de Saint-Omer, l’une pour les dégradations commises par l’incendiaire présumé et l’autre pour les dégradations commises par la dizaine de détenus mis en cause.

 

C'est au moment du transfert des prisonniers que la situation a dégénéré.


Commentaires

-