Passé à tabac chez lui, le policier accuse les gens du voyage

Passé à tabac chez lui, le policier accuse les gens du voyage

Publié le :

Lundi 20 Août 2018 - 10:23

Mise à jour :

Lundi 20 Août 2018 - 10:39
Le chef de la police municipale de Villevaudé (Seine-et-Marne) a été agressé dimanche dans son jardin par plusieurs individus qui l'ont passé à tabac. Il affirme qu'il s'agissait de membres de la communauté des gens du voyage. Une opération d'évacuation avait été menée la semaine précédente par les autorités.
©Bebert Bruno/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Battu jusqu'à perdre connaissance, le chef de la police municipale de Villevaudé, en Seine-et-Marne, aurait selon son témoignage pu être victime d'une expédition punitive de la part de gens du voyage.

Dimanche 19 au matin, alors qu'il arrosait ses plantes dans son jardin, le fonctionnaire a été pris à parti par plusieurs individus, révèle Europe 1. Ceux-ci ont pénétré dans sa propriété et l'ont roué de coup jusqu'à ce qu'il s'évanouisse. Ses agresseurs lui ont également fracturé le bras et le nez. Transporté à l'hôpital, le chef de la police devrait être opéré dans les jours qui viennent mais son pronostic vital n'est pas engagé.

La victime affirme avoir identifié les auteurs des violences comme des membres de la communauté des gens du voyage. Un témoignage qui semble accréditer la thèse d'une vengeance. En effet, la police municipale avait la semaine précédente procédé à l'évacuation d'un terrain de la commune, occupé par des gens du voyage.

Voir: Les policiers leur demandent de faire moins de bruit, ils attaquent le commissariat

Une théorie qui ne devrait cependant pouvoir être confirmée qu'avec l'arrestation des agresseurs, activement recherchés. Ceux-ci devraient être poursuivis pour violences commises sur un policier du fait de ses fonctions, par plusieurs personnes agissant en qualité d'auteur ou de complice, et avec préméditation ou guet-apens.

Une accumulation de circonstances aggravantes qui peut porter la peine maximum encourue à 10 ans d'emprisonnement si l'interruption totale de travail établie pour la victime est supérieure à huit jours.

Lire aussi:

Grenoble, un "Chicago français", selon un syndicat policier

Le policier municipal a eu plusieurs fractures et aurait identifié des gens du voyage.


Commentaires

-