Saint-Etienne: l'Eglise révèle les accusations de pédophilie contre un prêtre 30 ans après

Prescription

Saint-Etienne: l'Eglise révèle les accusations de pédophilie contre un prêtre 30 ans après

Publié le :

Mercredi 05 Juillet 2017 - 07:58

Mise à jour :

Mercredi 05 Juillet 2017 - 08:02
L'évêque de Saint-Etienne a confirmé mardi que des accusation de pédophilie visant un prêtre avaient été portées entre 2000 et 2014. L'homme en question avait alors été mis à l'écart loin des enfants, assure-t-il, et les faites révélés à la justice. Mais ils étaient déjà prescrits, remontant à au moins 30 ans.
©Frédéric Bisson/Flickr
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Une nouvelle affaire de pédophilie vient embarrasser l'Eglise catholique de France. Le diocèse de Saint-Etienne a révélé mardi 4 les agissements présumés d'un prêtre en poste dans la région depuis les années 1960, confirmant ainsi une information de 20 Minutes.

Ila également annoncé qu'une procédure canonique (selon les lois de l'Eglise) avait été lancée à l'encontre du père Régis Peyrard, aujourd'hui âge de 84 ans "mais très profondément conscient de la gravité de ses fait", a fait savoir Mgr Sylvain Bataille, évêque de Saint-Etienne.

La justice ne semble en effet plus rien pouvoir faire, du moins pour les victimes connues. Les faits remontent à une trentaine d'années et n'auraient été révélés à l'Eglise par les victimes qu'entre 2000 et 2014. "A chaque fois, les faits ont été signalés à la justice", a assuré l’évêque, mais à chaque fois, il semble qu'ils aient été déjà prescrits.

C'est pour cette raison que le prêtre n'aurait pas été inquiété. Mais Mgr Bataille assure que le diocèse (dont-il n'était pas l'évèque à l'époque) a pris les mesures nécessaires dès les premières révélations de ces faits "inqualifiables". L'homme avait alors été éloigné des enfants, envoyé dans "une maison de retraite" de l'Eglise avec "un ministère restreint".

Le délai de prescription est de 20 ans à compter de la majorité de la victime pour les viols de mineurs, agressions sexuels sur mineurs de moins de 15 ans ou commises par ascendant, personne ayant autorité ou plusieurs personnes. Elle est de 10 ans pour les infractions sexuelles moins graves. Une règle qui fait débat, les associations de victimes mettant en avant le fait que ce n'est qu'après de nombreuses années que la parole se libère.

L'évêque de Saint-Etienne avoue d'ailleurs envisager que ces révélations en entraînent d'autres. L'Eglise de France sort à peine du précédent scandale de pédophilie concernant d'anciens scouts lyonnais et qui avait mis en cause le cardinal Barbarin pour son silence.

Les faits reprochés seraient tous prescrits, mais d'autres victimes pourraient se faire connaître.

Commentaires

-