Pédophilie: un éducateur connu de la justice accusé de viol sur mineur à Marseille

Il nie les faits

Pédophilie: un éducateur connu de la justice accusé de viol sur mineur à Marseille

Publié le :

Mardi 03 Juillet 2018 - 07:28

Mise à jour :

Mardi 03 Juillet 2018 - 07:30
Un homme d'une cinquantaine d'années, éducateur à Marseille, a été mis en examen après les accusations de viol et agression sexuelle portées par un adolescent de 13 ans. Il avait déjà été concerné par une telle affaire en 1998 mais jamais condamné.
© PASCAL PAVANI / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

L'homme nie les faits. Un éducateur de 58 ans travaillant au sein de l'association Sauvegarde 13 à Marseille a été placé en garde à vue jeudi 28 puis mis en examen. Il est soupçonné de viol et d'agression sexuel sur un adolescent de 13 ans.

Le parquet de Marseille a ouvert une enquête confiée à la brigade des mœurs de la sûreté départementale des Bouches-du-Rhône.

Selon France Bleu, l'individu est déjà connu de la justice. Il aurait en effet été mis en cause pour des faits similaires en 1998. Toutefois, son casier judiciaire était vierge selon l'association qui l'a engagé en 2015. Il était auparavant passé par le foyer départemental de l'enfance qui dépend du Département des Bouches-du-Rhône, le service de probation de l'éducation surveillée pour le compte du ministère de la Justice, et par plusieurs associations de protection de l'enfance, précise la radio.

Mercredi 28 ,la mère de l'adolescent qui aurait été agressé a amené son fils au commissariat. En plus de ces accusation, des traces d'ADN correspondant à celui du suspect auraient été retrouvées sur les vêtements du mineur.

Lire aussi: Education nationale - après vérification des casiers judiciaires, 26 fonctionnaires écartés

Selon la direction de l'association, l'homme connaissait des problèmes au travail et avait notamment été arrêté  pour cause de stress avant de reprendre à mi-temps pour raisons thérapeutiques. L'homme, présumé innocent, risque jusqu'à 20 ans de prison pour viol sur mineur de 15 ans. L'abus d'autorité en raison des fonctions de l'éducateur pourrait également être retenu comme circonstance aggravante si les faits devaient être avérés.

Les circonstances qui ont poussé la justice à s'intéresser à l'homme en 1998 ne sont pas encore connues. Mais ce fait pourrait relancer le débat sur le recrutement des personnes travaillant au contact des mineurs.

L'affaire de Villefontaine en 2016 avait abouti à de nouvelles règles en la matière. Une vingtaine de personnes avaient ensuite était écartées de l'Education nationale car condamnées par le passé.

L'homme accusé de viol sur mineur aurait déjà été mis en cause par le passé sans être condamné.

Commentaires

-