Perpignan: un détenu se fait passer pour un autre, il réussit à s'évader

Perpignan: un détenu se fait passer pour un autre, il réussit à s'évader

Publié le :

Mercredi 22 Février 2017 - 11:52

Mise à jour :

Mercredi 22 Février 2017 - 11:59
©Hadj/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un détenu de la maison d'arrêt de Perpignan (Pyrénées-Orientales), qui avait encore quelques années à purger, a retrouvé sa liberté la semaine dernière en se faisant passer pour un autre. Depuis, il est activement recherché par les forces de l'ordre.

Il est passé par la grande porte. Un détenu de la maison d'arrêt de Perpignan (Pyrénées-Orientales) a réussi à s'évader de la prison en se faisant passer pour un autre. Les faits se sont déroulés samedi 18 février, jour de la libération de l'un des prisonniers de l'établissement.

Le fugitif, qui était au courant de cette sortie, a donc volé et utilisé la carte d'identité pénitentiaire de son compagnon de cellule pour se faire la belle. Et comme ils se ressemblaient physiquement, personne ne s'est rendu compte de la supercherie. Selon les informations de France Bleu Roussillon, il a été accompagné pour effectuer quelques formalités avant de franchir la porte d'entrée et retrouver sa liberté.

Seulement voilà: quelques minutes plus tard, le prisonnier qui devait être libéré s'est plaint auprès des surveillants pénitentiaires de n'avoir toujours pas entendu son nom pour la procédure de sortie. Rapidement, les gardiens ont compris leur erreur, donnant l'alerte. Les recherches sont toujours en cours pour tenter de mettre la main sur le fugitif.

Toujours selon France Bleu Roussillon, ce dernier, incarcéré pour association de malfaiteurs, avait encore quelques années à purger, pour plusieurs affaires, dont au moins une pas encore jugée. L'enquête devra notamment déterminer s'il s'agit bien d'un vol ou si les deux hommes étaient complices dans cette affaire. En parallèle, une enquête interne à la prison devrait être menée afin de faire toute la lumière sur les circonstances du dysfonctionnement.

Le prisonnier avait encore quelques temps à passer derrière les barreaux.

Commentaires

-